​Metam-sodium : faut-il produire autrement la Mâche nantaise en Maine-et-Loire ?

11 octobre 2018 Par

L'association France Nature Environnement en Anjou s’interroge sur l’usage du Metam-sodium dans les champs de Mâche nantaise, après l’épisode d’intoxication à Brain-sur-l’Authion.

Mardi 9 octobre, 61 personnes ont été intoxiquées après l’épandage d’un produit phytosanitaire, le metam sodium, dans un champ de mâche sur la commune de Brain-sur-l’Authion. Le metam sodium est un produit interdit mais en Maine-et-Loire, un arrêté préfectoral autorise son utilisation dans un cadre très strict. L’association France Nature Environnement 49 voudrait revenir sur cette dérogation. 
 

 Le Metam sodium : un pesticide qui ne s’utilise que sur dérogation

Le Metam sodium est un produit phytosanitaire très utilisé en maraîchage dans les Pays de la Loire et particulièrement pour la culture de la Mâche nantaise. Il figure dans la liste des produits phytosanitaires interdits  par l’Union Européenne (décision du Conseil 2009/562/EC) mais des dérogations ont été prévues pour 15 pays, dont la France, qui ont dû prouver la nécessité d’utiliser ce produit chimique pour certaines cultures.
 

Une réglementation très stricte

Ce sont les préfectures qui fixent les règles d’utilisation du produit dans le cadre des dérogations. Ainsi, en Maine-et-Loire, un arrêté préfectoral datant du 12 février 2016 fixe les conditions d’application du Metam sodium, « considérant les risques d’intoxication des applicateurs de Métam-sodium et des riverains des parcelles traitées et les atteintes possibles à l’environnement notamment aquatique ». L’arrêté suggère aussi « dans la mesure du possible, le recours à des techniques physiques (désinfection thermique) ou chimiques moins dangereuses, notamment aux abords des zones d’habitat ».

Les règles à respecter sont les suivantes : les applicateurs du produit doivent avoir suivi une formation spécifique, l’application doit se faire sous abri ou en plein champ à au moins 20 mètres des limites des propriétés voisines. Le produit doit être injecté dans le sol ou par irrigation goutte à goutte. Après l’épandage, il faut « refermer le sol immédiatement » et fixer le produit par « arrosage immédiat ».

Une enquête administrative et judiciaire doit déterminer si l’entreprise qui a réalisé l’épandage à Brain-sur-l’Authion mardi 9 octobre a dérogé à l’une de ces règles.
 

France Nature environnement porte plainte contre X

Après cet épisode d’intoxication à Brain-sur-l’Authion, l’association France Nature Environnement en Anjou s’interroge sur l’usage de ce pesticide. « Tous les ans, on utilise plusieurs tonnes de Metam-sodium en Loire-Atlantique et en Maine-et-Loire pour produire de la Mâche nantaise, explique Xavier Métay, coordinateur de l’association en Anjou. Le cahier des charges de l’appellation Mâche nantaise oblige à désinfecter les sols. On se pose la question : est-ce qu’il ne faudrait pas changer ce cahier des charges et revoir le processus de production agricole de la mâche nantaise pour ne plus utiliser de metam-sodium ? »

France Nature Environnement a décidé de porter plainte contre X après l’intoxication à Brain-sur-l’Authion. « L’enquête nous dira qui est fautif. Nous on veut taper du poing sur la table politiquement pour interpeller la préfecture, les services de l’Etat et le monde agricole », explique Xavier Métay.