Abus sexuels: pour Mgr Bruno Feillet, "lorsqu'on est solidaire dans une famille, on demande pardon"

S'abonner à l'émission

L'invité de la rédaction

lundi 27 août 2018 à 8h10

Durée émission : 7 min

L'invité de la rédaction

© Corinne SIMON CIRIC

La Rencontre Mondiale des Familles s’est achevée hier à Dublin par une messe célébrée par le pape François. Une messe marquée par une prière pénitentielle pour les abus commis dans l'Église.

Le ton solennel tranchait très nettement avec la soirée exceptionnelle de samedi au stade mythique de Dublin, le Croke Park, le temps du sport gaélique. Le pape y a participé au festival des familles, une grande soirée de témoignages, de danse, de chant et de prière. 

Abus de pouvoir, abus de conscience et abus sexuels. François a selon ses mots "déposé ces crimes aux pieds de la miséricorde du Seigneur" et demandé pardon pour ces abus commis" par des personnes qui avaient des charges de responsabilité dans l’Église". Dimanche 26 août dernier, le pape François clôturait une semaine de Rencontre Mondiale des Familles, par une messe. Durant cette messe, le Saint Père a demandé pardon pour tous les crimes commis par des membres de l’Église. "C’est normal. Je crois que lorsque l’on est solidaire dans une grande famille, et que certains membres font de graves fautes, on demande pardon. On prie, et on travaille pour que l’on ne recommence pas" explique Mgr Bruno Feillet, évêque auxiliaire de Reims, président de la commission famille et société à la Conférence des Evêques de France.

La semaine dernière, le pape François avait déjà pris la parole sur le sujet des abus sexuels dans l’Eglise, via une lettre. Un texte clair et sans ambigüités. "Il a demandé à ce que l’on jeûne, que l’on fasse pénitence. Lorsque l’on est confronté à des drames épouvantables, à des systèmes presque, il faut se remettre aux fondamentaux. Et pour nous, c’est l’Évangile. Il faut reprendre l’Évangile encore et encore" ajoute-t-il.

Dans son texte, le pape en appelle au "Peuple de Dieu". "Tous ensemble, nous formons le peuple de Dieu. Nous devons nous mettre à l’écoute de l’Évangile. L’esprit souffle aussi chez les laïcs. Nous avons beaucoup à recevoir de leur fidélité, du courage des laïcs, des familles" lance l'évêque auxiliaire de Reims.

Cette année, pour cette Rencontre Mondiale des Familles, le grand fil rouge, c’était Amoris Laetitia, l’exhortation apostolique du pape François. Un texte qui appelle l’Église à faire évoluer sa pastorale familiale. "Beaucoup de choses peuvent évoluer. L’exhortation traite du début de la vie conjugale, jusqu’aux situations fragiles. Il faut travailler un meilleur accompagnement des jeunes couples, une meilleure transmission de la foi, un travail pour les personnes qui ont connu un divorce, qui se remarient" analyse encore Mgr Feillet.

Cette semaine, il était question de famille bien entendu, mais aussi d’écologie, de nouvelles technologies. "Dans les familles, on sait que tout est lié. C’est un travail d’attention des parents, et d’éducation. C’est une mentalité. C’est un changement d’état d’esprit. Concernant le numérique, un sujet que l’on connait bien au service famille et société, cela rapproche ceux qui sont loin, et ça éloigne ceux qui sont proches. C’est cette vigilance là qu’il faut avoir" conclut le président de la Commission Famille et Société à la Conférence des Evêques de France.
 

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque jour, la rédaction nationale RCF vous propose un entretien avec un acteur de la société civile ou une personnalité engagée dans le domaine associatif, politique, entrepreneurial ou religieux.