Vendée Globe 2016 : une aventure hors du commun !

© Photo Jean Marie Liot / DPPI / Vendee Globe

Evénement incontournable de la Vendée mais aussi au niveau international, le Vendée Globe 2016 a tenu toutes ses promesses avec la victoire d'Armel Le Cléac'h en 74 jours 03 heures 35 min 46 s.

Ils étaient 29 skippers prêts à affronter l'océan. Ils sont encore 17 en course aujourd'hui, 17 marins qui vont suivre le chemin tracé par Armel Le Cléac'h désormais grand vainqueur de la 8ème édition du Vendée Globe. L'aventure, la compétition et le goût de la mer : voilà le leitmotiv qui entraîne la plupart des régatiers à se lancer dans l'Everest des Mers. 

Retrouvez ci-dessous l'ensemble des portraits et sujets concernant les skippers sur le podium ou encore les arrivées de ce Vendée Globe 2016.

Armel Le Cléac'h remporte la 8ème édition du Vendée Globe !

Armel Le Cléac'h remporte la 8ème édition du Vendée Globe !

74 jours 03 heures 35 min 46 s : voilà le temps qu'il aura fallu à Armel Le Cléac'h pour remporter l'Everest des Mers sur Banque Populaire VIII. Un nouveau record pour le skipper !

Le "Chacal", c'est ainsi qu'il est surnommé, vient de remporter le Vendée Globe 2016 en 74 jours 03 heures 35 min 46 s (soit 3 jours 22h et 41 mn de moins que François Gabart en 2013). Une victoire écrasante lui qui a mené depuis 48 jours la tête de la course devant son principal concurrent Alex Thomson. 

"C'est énorme ! Une émotion incroyable ! Je ne me rends pas trop compte de ce qu'il m'arrive. J'ai rien lâché ! Pas un mètre ! Je l'a voulais tellement cette victoire, je suis trop content !"

Armel Le Cléac'h

Deux fois deuxième sur l'Everest des mers (2008 et 2012), le Breton de 39 ans, natif de Saint-Pol-de-Léon, décroche enfin le graal ! L'Everest des Mers qui lui refusait sa première place depuis deux éditions. Et si sa victoire est nette et sans contestation possible, cela n'a pas été toujours le cas. Longtemps Alex Thomson a mené la barque. La "fusée" galloise qui a joué au chat et à la souris avec le skipper Breton, qui a fait peur au leader en remontant à toute vitesse sur Banque Populaire VIII avec un Hugo Boss en forme olympique. A tel point que l'écart s'est réduit à 35 milles il y a encore quelques heures. 

Comme pour en rajouter une couche sur les nerfs du leader, le 16 janvier Alex Thomson fait tomber le record de distance en 24h en couvrant 536,81 milles à la moyenne de 22,36 nœuds ! La victoire de Le Cléac'h est celle de la stratégie et de la rigueur pour un marin qui aime le défi. Et lui ne l'a vu et n'y a cru qu'au dernier moment.

"La victoire je l'ai entrevue que la nuit dernière en passant Ouessant, j'étais chez moi, j'étais dans mon jardin"

Armel Le Cléac'h

Son redoutable poursuivant le skipper d'Hugo Boss toujours sur ses talons, Armel Le Cléac'h termine son Vendée Globe tel un figariste, avec des nuits sans sommeil pour garder le contrôle, cela sera le prix de la victoire. Armel Le Cléac'h aura quarante ans le 11 mai prochain, à la veille de la remise des prix du huitième Vendée Globe. Il y recevra le plus beau des cadeaux d'anniversaire, ce trophée qu'il convoite depuis dix ans !

Armel Le Cleac'h, l'ambition de la victoire

Armel Le Cleac'h, l'ambition de la victoire

C'est après 74 jours que la course va s'achèver pour le skipper Breton. Un record de rapidité pour une première place tant attendue!

Navigateur de 40 ans et déjà un beau palmarès

Armel Le Cleac’h comptabilise à son actif  deux places de deuxième sur les deux derniers Vendée Globe, deux victoires dans la Solitaire du Figaro, deux autres dans la Transat AG2R et encore une deuxième place sur la Route du Rhum et une victoire dans The Transat. La première place du Vendée globe  est donc la seule victoire qu’il manque à ce talentueux breton. Son ambition : être premier !

Armel Le Cleac’h participe à cette course à bord d’un monocoque IMOCA 60 et sous le sponsor de la banque populaire. Il s’agit d’un plan VPLP-Verdier, dont une partie (notamment la carène) a été étudiée en collaboration avec l’équipe de Safran (le bateau de Morgan Lagravière). Ce bateau est l’un des nouveaux foilers les plus optimisés. D’une longueur de 18m28 et d’une largeur de 5m80 il ne pèse pas moins de 7 tonnes 6.

Retour sur une course d'exeption

Si les premiers jours de la course ont vu se disputer les premières places entres plusieurs skippers tels que Alex Thomson, Jean-Pierre Dick ou encore Armel Le Cleac’h, ce dernier après plusieurs semaines assume  pleinement son rôle de leader dans cette huitième édition du Vendée Globe.
A quelques heures de l’arrivée et quelques inquiétude quant à la remontée fulgurante d’Alex Thompson,  Armel Le Cleac’h est proche du but. La bulle anticyclonique est sortie de sa torpeur et s’efface vers le nord, laissant la place à une rotation des vents bien organisée. La zone de calme annoncée depuis mercredi sur le Vendée Globe au large de la Bretagne n’aurait donc pas lieu et permettrait au navigateur Breton de conserver sa première place.

Si l'écart Thompson -Le Cleac'h semblait ces derniers jour de plus en plus serré, l'avantage revient pour Armel en cette dernière journée de course. En effet a moins de 100 milles de l'arrivée et avec autant d'avance sur Alex Thompson, la victoire du Breton est maintenant assurée. ( jeudi 19 janvier/ 12h00)

 

REVIVRE LES DERNIERS INSTANTS

Réécoutez la vacation d'Armel Le Cléac'h du 14 janvier alors qu'il voyait Alex Thomson revenir sur lui depuis quelques heures :

00:00

00:00

Une seconde place pour la "fusée Galloise" Alex Thomson, sur le Vendée Globe 2016

Une seconde place pour la "fusée Galloise" Alex Thomson, sur le Vendée Globe 2016

Pour sa quatrième participation au Vendée Globe, le Britannique remporte la seconde place en 74j 19h 35min 15sec. La "fusée galloise" a su maintenir la pression sur Le Cléac'h jusqu'au bout.

Alex Thomson a franchi la ligne d'arrivée du 8e Vendée Globe ce vendredi 20 janvier 2017 à 8 heures 37 minutes et 15 secondes, heure française (15 h 59 mn et 29s après le vainqueur Armel Le Cléac'h) en 74j 19h 35min 15sec. Il bat lui aussi le temps de référence de François Garbart, vainqueur en 2013.

"C’est incroyable. Une longue course et ça fait du bien d’être enfin arrivée. Il y a 24h j’ai compris que c’était fini pour moi. Félicitations à Armel Le Cléac’h pour sa victoire et sa course"

Alex Thomson

Pour sa quatrième participation au Vendée Globe (3e en 2013, abandon en 2004 et 2008), le Britannique a imprimé un rythme d'enfer à l'Everest des Mers. Privé de son foil depuis le 19 novembre, Alex a su maintenir la pression sur son adversaire Armel Le Cléac'h… jusqu'au bout.

"Mon foil cassé ? Vous savez, on ne sait jamais ce qu’il va se passer pendant un Vendée Globe. C’est arrivé, c’est comme ça. Maintenant la course est finie et je suis vraiment ravi d’avoir terminé à la 2nd place.
Peut-être que la prochaine fois je serais premier ?! Qui sait !"

Alex Thomson

Ce vendredi matin s'achève donc le quatrième tour du monde en solitaire d'Alex Thomson (42 ans) qui, après deux abandons en 2004 et 2008, montait sur la troisième marche du podium en 2012-2013, juste derrière… Armel le Cléac'h.
 

Des records en pagaille

Le bolide Britannique a réussi le pari de battre 3 records (4 si l'on compte le temps de référence de François Gabart en 2013 sur le Vendée Globe).

  • Le 15 novembre il établit un nouveau temps de référence au passage de l'équateur en 9j 07h 02mn (soit 1 jour et 4 heures de moins que le précédent détenu par Jean Le Cam depuis 2004). 
  • Malgré son avarie de foil tribord, le 24 novembre Alex Thomson franchit la longitude du cap de Bonne-Espérance après 17 jours 22h et 58 mn de mer, pulvérisant le temps de référence d'Armel Le Cléac'h de 2012 de plus de 5 jours. 
  • Le 16 janvier enfin, il bat le record de distance parcourue sur 24 heures avec 536,81 milles avalés à la vitesse moyenne de 22,4 nœuds ! 

Alex Thomson, l'égérie galloise

Alex Thomson, l'égérie galloise

Un palmarès impressionnant et de nombreux records ont fait de ce skipper un adversaire de taille! Alex Thomson, un fier représentant de la navigation anglaise et de l'esprit d'aventure.

Navigateur Anglais, Alex Thomson a su marquer les esprits avant même le début du Vendée Globe 2016 par son audacieuse action de communication pour son sponsor Hugo Boss. En 2003 il remporte le record de distance sur 24h durant le second transat Jacques Vabre. Après plusieurs abandons successifs au Vendée Globe, il bat le record de la traversée de l’Atlantique en 8 jour et 22h. En 2013 il finit troisième du Vendée Globe et enfin en 2016 il effectue le transat New York – Vendée et remporte la troisième place. C’est donc un navigateur sûr de lui et prêt à tout au départ du Vendée Globe 2016.

C’est à bord d’un monocoque IMOCA 60 qu’Alex Thomson effectue son troisième Vendée Globe. Comme pour de nombreux skipper cette année, ce bateau est un plan VPLP-Verdier doté d’appendices porteurs. Construit chez Green Marine et d’une longueur de 18 m28 ce bateau pèse 7 tonnes 4.

Le Vendée Globe 2016, une véritable course poursuite

Si Armel le Cleac’h a depuis le début la volonté de gagner cette course en faisant part de beaucoup de sang froid, c’est avec un brain de folie et d’aventure qu’Alex Thomson, lui, aborde cette course. S’il fut premier durant un temps, la perte de l’un de ses foils dut au choc avec un objet flottant non identifié dans l’Atlantique Sud, a été un frein à son avancée dans cette course. Néanmoins, le navigateur anglais ne baisse pas les bras et au cours des semaines suivantes remontent le classement pour finalement arriver second. Le 16 janvier il bat même le record de la plus grande distance parcourue en 24h ( 536,81 milles).

Aujourd’hui le skipper surnommée « la fusée » n’est plus très loin de l’arrivée et à 100 milles d’Armel le Cleac’h, premier au classement. ( jeudi 19 janvier/12h00)

Revivre les derniers instants

Réecouter la vacation d'Alex Thompson conscient que la première place lui échappe définitivement

00:00

00:00

Un podium pour Jérémie Beyou

Un podium pour Jérémie Beyou

Jérémie Beyou, à quelques jours de l'arrivée, s'attaque au golfe de Gascogne. Le skipper est maintenant assuré, sauf soucis majeur, de sa place sur le podium!

Jérémie Beyou, breton du Morbihan de 40 ans, est ce que l’on pourrait qualifier un grand régatier. En effet, il est triple vainqueur de la solitaire du Figaro. Très difficile à battre aussi bien en monocoque qu’en multicoque, il a notamment remporté la Transat Jacques Vabre avec Jean-Pierre Dick, a terminé 2e de la dernière Route du Rhum en IMOCA et gagné la Transat New York-Vendée le 8 juin 2016.

Le Vendée Globe 2016 : l'année des foilers !

Comme pour Armel le Cleac’h et Alex Thomson c’est sur un monocoque IMOCA 60 VPLP-Verdier que le skipper s’est lancé dans l’ « Everest des mers ». Il s’agit d’une machine d’avant dernière génération.  A la pointe de la technologie, son bateau est lui aussi équipé de foils qui permettent de faire décoller le bateau aux allures portantes. C’est sous le sponsor Maitre Coq que le navigateur arbore sa voile de 300 m2.

Si la bataille de tête s'est surtout jouée entre Le Cleac’h et Thomson, la troisième place quant à elle s'est disputé entre Jean-Pierre Dick et Jérémie Beyou.
Aujourd’hui après une course de plus de 2 mois et demie, Jérémie Beyou est lui aussi sur le point d’arriver. Le skipper prévoit une arrivée pour le lundi 23 janvier.  (fait vendredi 20 janvier/17h)
 

REVIVRE LES DERNIERS INSTANTS

Une fin de course proche pour Jérémie Beyou qui reste néanmoins concentré et prêt à parer à toutes éventualités

00:00

00:00


 

Les "3 Mousquetaires" bouclent le Vendée Globe 2016

Les "3 Mousquetaires" bouclent le Vendée Globe 2016

Cela n’était jamais arrivé sur un Vendée Globe : 3 skippers arrivés en 3h ! Jean-Pierre Dick, Yann Eliès et Jean Le Cam, surnommés les 3 mousquetaires, terminent 4ème, 5ème et 6ème.

3 bateaux dans la même demi-journée, cela n’était jamais arrivé dans l’histoire du Vendée Globe ! C'est pourtant ce qui s'est déroulé ce mercredi 25 janvier. Jean-Pierre Dick (4ème) à 14h47, Yann Eliès (5ème) à 16h13 et Jean Le Cam (6ème) à 17h43 ont bouclé leur tour du monde à la voile, en solitaire et sans escale en arrivant dans un mouchoir de poche : un créneau de 3h qui aurait même pu être encore plus réduit.

Jusqu’au dernier moment, Jean-Pierre Dick a pu redouter le retour du duo Eliès / Le Cam qui avait réussi à lui reprendre plusieurs milles ces derniers jours au point de lui passer devant quand le skipper de St Michel-Virbac était coincé "dans la pétole". Mais finalement, c’est bien le Niçois qui se classe en 4ème position, après 80 jours 1 heure 45 minutes 45 secondes. Si le vent avait été un peu plus favorable, Jean-Pierre Dick aurait même pu entrer dans le club fermé des marins ayant fait le tour du globe en moins de 80 jours. 

"J'aurais préféré une arrivée sans pression mais ça restera un bon souvenir pour nous ! J'étais poursuivi par Yann (Eliès) et Jean (Le Cam), deux triples vainqueurs de la Solitaire du Figaro [...] Le Vendée Globe développe une force mentale incroyable. C'est un truc de dingue de se retrouver face à soi-même si longtemps"

Jean-Pierre Dick

Ecoutez la réaction de Jean-Pierre Dick lors de son arrivée :

00:00

00:00

RECORD DU PLUS FAIBLE ECART

C'est 1h et 26mn plus tard, que Yann Eliès franchit la ligne d’arrivée, 5ème au classement, mais 1er des bateaux à dérives classiques, derrière 4 foilers. Un record en terme de temps vu le faible écart entre son prédécesseur et lui. Un tour du monde qu'il parvient à boucler pour la première fois, après son abandon sur blessure lors de l'édition 2008-2009. C'est une sacrée revanche sur le destin que s'offre le skipper de Quéguiner-Leucémie Espoir. "Y retourner après ce qu'il a vécu est extraordinaire. Je ne sais pas si j'aurais été capable d'en faire autant" a déclaré à son sujet Jérémie Beyou mardi, en conférence de presse. 

"Mes objectifs sont atteints car je voulais terminer dans le Top 5, et premier bateau à dérives droites [...] C'était un vrai bonheur de se battre contre deux grands marins comme Jean-Pierre (Dick) et Jean (Le Cam) [...] A plus long terme, je veux revenir sur le Vendée Globe avec un foiler, et gagner !"

Yann Eliès

Ecoutez la réaction de Yann Eliès lors de la conférence de presse :

00:00

00:00

Le 3ème Mousquetaire

Et 1h30 après Yann Eliès, Jean Le Cam Jean est arrivé, prenant la 6ème place de ce 8ème Vendée Globe. Le Breton a marqué cette édition autant par sa performance sportive et son incroyable duel avec Yann Eliès, que par ses phrases cultes et ses vidéos décalées. Si le marin a compris 3 jours avant l'arrivée qu'il ne parviendrait pas à revenir sur son adversaire direct, il reste cependant agréablement surpris par l'écart faible entre leurs deux bateaux. 
Pour sa quatrième participation au Vendée Globe, Jean Le Cam a raté de peu la mythique barre des 80 jours, puisqu'il termine en 80 jours 04 heures 41 minutes et 54 secondes. 

"Ce Vendée Globe a été mon plus beau, sans hésitation ! J'ai pris du plaisir et j'ai énormément appris. Et je pense avoir donné du plaisir aux gens. D'ailleurs c'est grâce à eux que je suis ici."

Jean Le Cam

Retrouvez un extrait de la réaction de Jean Le Cam après son arrivée :

00:00

00:00

ET LA SUITE ?

Derrière, la course continue et 12 marins sont encore en lice dans ce huitième Vendée Globe. Le prochain skipper attendu aux Sables d’Olonne est Louis Burton. Ce jeudi 26 au matin, le skipper de Bureau Vallée est à 2208 milles de l’arrivée. Quand Sébastien Destremau lui ferme la marche à 8 000 milles de la Vendée.

Louis Burton, 7ème du Vendée Globe : « C'était rock'n roll, mais j'ai adoré ! »

Louis Burton, 7ème du Vendée Globe : « C'était rock'n roll, mais j'ai adoré ! »

Première fois que le marin boucle l'Everest des Mers. Une 7ème place en 87 jours 19 heures 45 minutes et 49 secondes pour Louis Burton qui est arrivé à toute vitesse aux Sables.

Le skipper de Bureau Vallée s'était fixé 2 objectifs : arriver entre une dixième et une douzième place et mettre moins de 84 jours (le temps de Michel Desjoyeaux en 2008 sur un bateau de même génération). Le premier est largement rempli, le second raté de peu. Mais cela n'a pas entammé le moral de Louis Burton qui a laissé éclater sa joie à l'arrivée : « C'était rock'n roll, mais j'ai adoré ! ». 

Après un départ prudent, la grande vitesse !

Il a déboulé à 20 nœuds vers la ligne d'arrivée ! Mais ce n'est pas le seul moment où le marin a poussé son bateau. Après un départ prudent, dès les premiers jours de course, Louis Burton s'est installé parmi les leaders de cette flotille de bateaux de deuxième génération. Il a su grapiller des places au fur et à mesure des abandons, passant de la 13ème à la 7ème place. Et s'il a un peu ralenti après l'abandon de Kito de Pavant (NDLR: choc avec un OFNI) et la peur des icebergs immergés, le marin ne s'est pas laissé abattre. 

« J'ai tout donné jusqu'au milieu de l'océan Indien, il n'y a pas une minute de sommeil que j'ai passée sans avoir l'écoute de grand voile enroulée autour du poignet pour pouvoir larguer »

Louis Burton

Eric Bellion, joint à la vacation de midi du 2 février, résume parfaitement la course de Burton : « Il a accéléré comme un diable et il n'a jamais relâché la pression. Il a fait une course exceptionnelle sur un vieux bateau (lancé en 2006, ndlr). Sa place est tout à fait méritée. Avec son expérience et le beau bateau qu'il va avoir, il fera partie des favoris pour le prochain Vendée Globe. ».
 

PARMI LES FAVORIS DE LA PROCHAINE EDITION

Si son temps de course est de 87 jours 19 heures 45 minutes et 49 secondes, Louis Burton a vu s'additionner une pénalité de 2 h pour une rupture involontaire du plomb d'arbre d'hélice, survenue deux jours avant l'arrivée. Mais cela n'entache pas du tout les capacités et le talent du skipper qui fera partie des favoris pour le prochain Vendée Globe. Et, avec Bureau Vallée son partenaire, Louis Burton a eu le nez fin ! En effet, le marin et son sponsort ont annoncé au mois de novembre, l'achat du Banque Populaire VIII, l'IMOCA à foils mené à la victoire par Armel le Cléac'h. 

C'est un excellent présage sur l'avenir que s'offre à 31 ans le skipper de Bureau Vallée. D'ici là, on aura le plaisir de retrouver Louis Burton et Servane Escoffier, sa femme, couple de navigateurs, qui participeront à la prochaine Transat Jacques Vabre.

24 ans plus tard, le hongrois Nandor Fa termine le Vendée Globe une seconde fois !

24 ans plus tard, le hongrois Nandor Fa termine le Vendée Globe une seconde fois !

Le Hongrois Nandor Fa sur Spirit of Hungary a franchi la ligne d'arrivée aux Sables-d'Olonne le 8 février. II s'empare de la 8e place pour sa troisième participation au Vendée Globe.

Le Hongrois de 63 ans était en 1993, le premier étranger à terminer un Vendée Globe, en 128 jours. Vingt-quatre ans plus tard, il boucle à nouveau le tour du monde en solo. Et bat largement son temps de référence en terminant cette année en 93jrs 22h 52mn 09s. 
 

UN BATEAU CONSTRUIT DE SES MAINS

Nandor Fa avait fait déjà un premier tour du monde en 1985-1987 à bord d'un bateau de croisière de 31 pieds. C'est au large du cap Horn pendant ce parcours qu'il a pris à l'époque la décision de devenir lui-même coureur au large, en solitaire et à bord d‘un bateau qu'il a conçu et construit lui-même.

Pour cette édition 2016 du Vendée Globe, c'est une fois de plus avec un bateau construit de ses mains en 2013, dans un chantier en Hongrie, que Nandor Fa s'aligne au départ du huitième Vendée Globe.
 

PEU EPARGNé par les soucis

Les débuts de course pour Nandor Fa n'ont pas été de tout repos. Pendant sa première semaine de mer en effet, il rencontre des soucis avec son système informatique et fait face à des problèmes d'énergie. Plus tard c'est une collision avec un OFNI, ayant endommagé son voile de quille, un empannage involontaire occasionnant la perte d'une autre voile, un moteur grillé et enfin les dommages irréversibles de son antenne GPS. Mais s'il est resté coincé à la 26ème place au départ, le skipper a su gratter les places une à une, suite à des abandons divers mais aussi ses qualités de navigateur agguéri. A partir du 25 décembre, il se place 8ème et ne bougera plus. Le navigateur poursuit jusqu'à la fin sa belle course derrière Louis Burton.

"Je voulais finir ce voyage le plus rapidement possible, mais je dois vous dire que la seconde partie de la course je n’étais plus vraiment dans l’esprit de compétition. C’était juste de la voile pure [...] La course s’est finit d’elle-même pour moi"

Nandor Fa

Le skipper avait annoncé avant le départ que ce huitième Vendée Globe mettrait un point final à sa carrière de coureur au large. Une belle fin de course et un début de retraite qui démarre de la plus belle des manière.
 

ECOUTEZ Le skipper à l'arrivée au ponton

00:00

00:00


(traduction Julie Rabiller)

Eric Bellion "Je n’irai pas faire un autre Vendée Globe. C’est ça qui a rendu celui-ci unique"

Eric Bellion "Je n’irai pas faire un autre Vendée Globe. C’est ça qui a rendu celui-ci unique"

​Sur le Vendée globe, Eric Bellion a franchi la ligne d'arrivée lundi 13 février peu avant 18h, 9e du classement général. C'est le premier bizuth de l'aventure à boucler cette édition !

Premier bizuth, le marin de 40 ans boucle son tour du monde en 99 jours 04 heures 56 minutes et 20 secondes, sur un Imoca de la génération 2008. Marin amateur et formateur en management, Eric Bellion participait à son premier Vendée Globe afin de porter un message sur la richesse de la différence. Le skipper qui a d'ailleurs monopolisé l'attention avec ses vidéos régulières durant la course, une excellente campagne de communication, et surtout des valeurs comme la différence, la confiance et la diversité portées en étendard. 
 

SEUL ET UNIQUE VENDEE GLOBE

Le skipper a annoncé qu'il ne repartira pas pour un autre Everest des Mers: "Je n’irai pas faire un autre Vendée Globe. C’est ça qui a rendu celui-ci unique". Eric Bellion a reconnu la force et la ténacité incroyable des marins comme Armel Le CLéac'h et Alex Thomson. 

"C'est le rêve de participer à mon petit niveau à une course avec ces sportifs de l'extrême"

Eric Bellion

UNE AVENTURE HORS NORME

A son arrivée, Eric Bellion est revenu sur son aventure et ses doutes. Notamment le départ où il était "pétrifié" selon ses propres mots par l'ambiance et l'effervescence. Des doutes qui sont revenus dans les mers du Sud également. Le déclic a eu lieu pour le marin aux Iles Kerguelen lorsqu'en pleine tempête il a dû se débrouiller pour réparer une casse de son moteur. Un cap psychique dans la tête du skipper qui l'a poussé à lancer la machine et vivre pleinement l'expérience Vendée Globe.

"J'ai ramené tant de choses… il va falloir faire un inventaire. J'ai vécu en trois mois ce qu'on vit en 10 ou 15 ans à terre"

Eric Bellion

Si l'ultime semaine de mer n'a pas été de tout repos (moteur qui refuse de démarrer, réparation du dessalinisateur, le rail de grand-voile qui lâche et vent à 70 noeuds) c'est en entrant dans le chenal des Sables-d'Olonne qu'Eric Bellion a pu savourer l'accomplissement de ce tour du monde. Une délivrance amplement méritée !

Retrouvez les impressions du skipper à l'arrivée au ponton

00:00

00:00

Eric Bellion, skipper de "Comme Un Seul Homme"

Eric Bellion, skipper de "Comme Un Seul Homme"

Premier bizuth de l'aventure à boucler cette édition du Vendée Globe, Eric Bellion est l'invité de Claude et revient sur son parcours dans l'Everest des Mers. Rencontre.

Arnaud Boissières 10ème du Vendée Globe

Arnaud Boissières 10ème du Vendée Globe

Vendredi matin, le public était nombreux aux Sables d'Olonne pour accueillir Arnaud Boissières, 10ème du Vendée Globe. Le skipper de La Mie Câline est notre invité.

Installé à la Chaume depuis 10 ans, Arnaud Boissières a bouclé son tour du monde en 102 jours, 20h, 24mn et 9s. Il a reçu ce vendredi un accueil émouvant et triomphal dans le chenal des Sables d'Olonne, et il y avait sans doute plus de personnes encore que pour l'arrivée d'Armel Le Cléac'h aux dires de certains sur place. Cela montre la réelle effervescence de la course qui ne diminue pas, et l'attachement des vendéens au "local" de l'Everest des Mers. 
 

44 ans et troisième Vendée Globe consécutif

Arnaud Boissières est le second marin de la compétition à boucler 3 courses à la suite. Seul Armel Le Cléac'h a réussi cet exploit avant lui, et seulement quelques jours auparavant. Il faut imaginer l'émotion de ce marin, qui a dédié une grande partie de sa vie au Vendée Globe. Et il a terminé les trois fois dans le Top 10 (7e en 2008-2009, 8e en 2012-2013).

"Cette 10e place, je la vois comme une victoire. Cette arrivée est plus belle que pour mes deux autres Vendée Globe. J'étais moins entrainé pour cette édition, c'était peut-être plus dur, mais on l'a fait !"

Arnaud Boissières

Une course avec son lot d'ennuis

Le skipper de la Mie Câline a rencontré des ennuis techniques dès les premières heures de course. La trappe de ballast rompue provoque une inondation et des dégâts électroniques. Cela poussera Arnaud Boissières à ne pas fermer sa caisse à outils du bord pendant les trois mois de course. Dans le grand Sud, c'est une avarie de chariot de grand-voile qui handicape le marin et ce, jusqu'à la fin de sa course.

"J'ai pleuré de rage, de désespoir, j'ai tapé sur mon bateau. Mais derrière chaque galère il y a un arc en ciel qui arrive. Rien que pour ça je veux y retourner"

Arnaud Boissières

C'est au ralenti dans des vents évanescents du Pot au Noir qu'Arnaud, marqué par le démâtage de Conrad Colman quelques jours avant, achève son périple de 102 jours en solitaire. Le skipper vient donc de boucler son 3ème Vendée Globe mais, à ses mots, on sait qu'il pense déjà à un quatrième tour du monde…

Fabrice Amédéo : un reporter en mer

Fabrice Amédéo : un reporter en mer

Deuxième bizuth de ce huitième Vendée Globe après Éric Bellion, Fabrice Amedeo sur Newrest-Matmut a franchi la ligne d'arrivée en onzième position et 103 jours.

Le marin est journaliste. Son pari: utiliser ses talents de reporter afin de faire découvrir au grand public la magie de la course au large. Objectif rempli pour le skipper qui a nourri quotidiennement son blog (www.reportersdularge.com) de récits et de belles images, durant les trois mois de cette aventure autour du monde. Le reporter du large y raconte ses doutes pour sa grande première autour du globe, ses réussites sur le plan sportif. Plus simplement il partage les paysages magiques qu'il découvre et livre quelques réflexions sur la lune, ou encore les albatros.
 

Des mots, des photos et ... des vidéos !

Le 7 janvier, Fabrice Amedeo fait sensation. Grâce au cerf-volant qu'il a embarqué, que le marin a pris de la hauteur en profitant de conditions idéales. Il livre aux spectateurs des images inédites vue du ciel de cet endroit du monde. Quelques jours plus tard, le 16 janvier, Fabrice Amédéo franchit le cap Horn. Un moment intense dont il partage l'émotion avec ses lecteurs.

"J'ai vécu un grand moment de ma vie. Il y avait cette lumière violette sur les montagnes de Patagonie, le soleil qui se couchait. J'étais environ à 20 milles du rocher et quand j'ai vu ces montagnes, j'ai pris une claque !"

Fabrice Amédéo

retour dans le dur avant les sables d'olonne

L'anticyclone de Sainte-Hélène arrête le marin dans sa course quelques jours avant son arrivée. Un moment pas évident à gérer pour Fabrice Amédéo qui jusqu'ici s'en est plutôt bien sorti en terme de vitesse, de soucis techniques (il répare sa grand voile et joue les alpinistes plusieurs fois sur son mât). 

"J'ai eu zéro nœud de vent pendant des heures, moralement ça devenait la torture"

Fabrice Amédéo

S'en suit des problèmes de repas. Fabrice Amedeo n'ayant pas embarqué suffisamment de nourriture, il commence à se rationner et ne peut plus manger trois repas quotidiens. Il évite de justesse la collision avec un cargo. Une ultime frayeur avant la ligne d'arrivée aux Sables-d'Olonne. En posant le pied à terre, Fabrice Amedeo prouve que la course au large est à la fois un sport de haut niveau et une aventure qui fait rêver le public.
 

Retrouvez un extrait de la réaction de Fabrice Amédéo après son arrivée :

00:00

00:00

Sebastien Destremau, dernier skipper du Vendée Globe 2016

Sebastien Destremau, dernier skipper du Vendée Globe 2016

Clap de Fin pour le Vendée Globe avec l’arrivée du 18ème skipper : Sébastien Destremau. Le varois qui a bouclé l'aventure en 124 jour a remonté le chenal des Sables d’Olonne samedi à 13h.

Clap de Fin pour le Vendée Globe avec l’arrivée du 18ème et dernier skipper : Sébastien Destremau. Le varois qui a bouclé son tour du monde en 124 jour, 12h 38 min et 18 secondes, a remonté le mythique chenal des Sables d’Olonne samedi à 13h. Une foule immense digne de l’arrivée du vainqueur Armel Le Cléac’h l’attendait massée sur les berges. Un moment intense pour Sebastien Destremau.

Comme s’est amusé à le dire le skipper « Je suis le 1er 18ème de tous les Vendée Globe ». Mais au-delà de la course en elle-même, Sebastien Destremau a surtout retenu l’aspect aventure. Notamment à travers l’océan indien qui a été pour lui la période la plus difficile.

Dans cette aventure, la plupart des marins partent avec qui des livres, qui de la musique, parfois un instrument ou encore les fameuses peluches de Jean Le Cam. Pour Sébastien Destremau, c’était un Vendée Globe déconnecté qui est partie sans livre, sans musique volontairement.

En ce qui concerne son avenir avec le Vendée Globe, Sebastien Destremau n’a rien dit de précis mais il a confirmé que TechnoFirst FaceOcéan continuerait de participer à l’aventure.