"Avec le père Hamel, le martyre s'est invité dans nos églises"

Présentée par

S'abonner à l'émission

L'actualité chrétienne

vendredi 30 septembre 2016 à 7h17

Durée émission : 4 min

​Plus de deux mois après la mort en martyr du père Jacques Hamel, l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray sera rouverte dimanche au public et aux fidèles.

Plus de deux mois après l'assassinat du père Jacques Hamel, cette réouverture sera précédée d'un "rite de réparation". Après cette tragédie, l’historien Jan de Volder, titulaire de la chaire religion et paix à l’Université catholique de Louvain, s’est penché sur le parcours de ce prêtre mort en martyr. Il en a fait un livre aux éditions du Cerf "Martyr, vie et mort du père Jacques Hamel".
 
"Le 26 juillet j’ai été choqué par ce qui s’est passé. Je me posais question car je suis le martyre chrétien depuis un certain temps, notamment en Afrique, au Nigeria, au Moyen-Orient, en Syrie. Mais avec le père Hamel, cette réalité s’est invitée dans nos églises, en Europe. J’ai pensé que ça valait la peine de mieux connaître cette figure du père Hamel, c’est pourquoi je me suis rendu sur place" explique Jan de Volder.

Ce livre est donc le fruit des rencontres qu’il a pu faire avec les témoins de cette tragédie : élus, vicaires, paroissiens, mais aussi victimes du drame. Il a notamment rencontré cet homme de 87 ans qui assistait à la messe avec son épouse. "Les jihadistes ont d’abord assassiné le père Hamel mais ils ont aussi tenté d’assassiner un homme qui fêtait ce jour-là son anniversaire. Il s’est tenu pour mort pendant quarante minutes. Il était sûr de mourir, mais il a prié" rappelle-t-il.

Trois chapitres sont plus particulièrement consacrés à la vie du père Jacques Hamel. Ils expliquent que sa vie n’était pas finalement sans histoire, loin des clichés qu’on a pu en faire. "Dans la presse, on a vu le portrait d’un prête au service, à l’écoute, avec une vie sans histoire. Trois dimensions m’ont plu. Il fait partie de cette génération de prêtres qui ont pleinement adopté les orientations du concile. C’était un curé de périphérie. C’est aussi un prêtre qui a voulu servir jusqu’au bout de sa vie" conclut l'historien. 
 

A noter que la messe de réparation, célébrée par Mgr Dominique Lebrun, évêque de Roue, sera retransmise en direct sur RCF, dimanche 2 octobre, à partir de 15h30, grâce aux équipes de RCF Normandie. 

 

Les dernières émissions