Birmanie: portrait de la communauté catholique locale

lundi 27 novembre 2017 à 6h08

Durée émission : 0 min

Alors que le pape François a atterri à Rangoon lundi 27 novembre, focus sur la communauté catholique locale, dans un pays majoritairement bouddhiste.

Le pape entame depuis lundi un voyage inédit en Birmanie, avant de se rendre au Bangladesh. Un voyage sous le signe de la paix et de la réconciliation. La Birmanie, la première étape de ce voyage, est un pays de 51 millions d’habitants, bouddhistes à 89 %. Sur place, le Saint Père doit notamment rencontrer le président de cette jeune démocratie encore balbutiante, ainsi qu'Aung San Suu Kyi, Prix Nobel de la Paix en 1991, qui n’a pas caché son admiration pour le pape.

En Birmanie, les catholiques représentent 1 % de la population

Il ira également à la rencontre de la petite communauté catholique qui représente 1 % de la population totale mais qui oeuvre sur le terrain notamment dans le domaine de l'éducation. "En Birmanie, on fixe cinq grandes priorités pour l’Eglise, avec en premier lieu l’éducation. Le travail de l’Eglise en matière d’éducation est vu comme une proposition d’excellence. On sait que la Birmanie a vécu ces cinquante dernières entièrement coupée de l’extérieur, sous le joug d’une junte militaire qui a expulsé les missionnaires. Aujourd’hui, l’Eglise rouvre des écoles progressivement et veut récupérer les biens qui lui ont été confisqués, notamment l’immobilier, afin de pouvoir rouvrir des écoles"  explique Etienne Loraillère, directeur de la rédaction de KTO.

"Parmi les autres priorités de l’Eglise, on retrouve le dialogue interreligieux pour construire la paix dans le pays, la question de l’émancipation des femmes, des droits des minorités, l’intégration du développement humain dans les missions. Dans un pays où le salaire moyen tourne autour de trois dollars par jour, il y a une problématique quant au respect de la dignité des personnes" précise-t-il encore.

La parole du pape sur les Rohingyas est particulièrement attendue au cours de ce voyage. "La position de l’Eglise sur ce sujet est très courageuse et audacieuse. Il faut avoir en tête que l’on parle beaucoup de la crise humanitaire autour de ce peuple, qui sont depuis toujours en conflit avec le pouvoir central birman. Ils sont plus ou moins chassés, et l’Eglise est très engagée par le biais de la Caritas sur les questions humanitaires, mais également dans le dialogue pour la paix" lance encore le directeur de la rédaction de KTO.

Ce voyage est assez inattendu pour la communauté catholique birmane, précise Etienne Loraillère. "Le pape se rend aux périphéries de l’Eglise dans un pays où les catholiques sont si minoritaires. Mais c’est aussi un immense encouragement pour les catholiques, au niveau local. Ils s’engagent de manière très convaincue au service de la personne, afin de construire la nation birmane" conclut-il.