Christian de Cacqueray: "nous avons à réapprendre la mort"

mercredi 2 novembre 2016 à 7h17

Durée émission : 0 min

​Le 2 novembre, au lendemain de la fête de la Toussaint, l'Église commémore les défunts. La messe est célébrée pour tous les défunts de l'année écoulée.

Le service catholique des funérailles c’est en quelque sorte des pompes funèbres catholiques, qui proposent l’ensemble des prestations nécessaires pour l’organisation des obsèques. Pour Christian de Cacqueray, directeur du service, "l’objet de cette association est de faire de la séquence pompes funèbres une occasion de rencontres pour que nous soyons des alliés auprès des familles tout au long du parcours des funérailles".

Il va même plus loin en expliquant que les obsèques convoquent les vivants à un questionnement sur le sens de leur propre existence. "Toute famille est convoquée à entendre cette parole singulière que la mort a à dire à chacun. Notre rôle c’est de desserrer l’étau du toujours plus vite pour installer le temps de ces quelques heures de l’adieu, un autre temps où la dimension symbolique émerge" explique-t-il.

"Nous avons à réapprendre la mort. Ce n’est pas qu’une rupture, elle est avant tout transformation de notre être charnel pour qu’il devienne un jour un être spirituel. Il faut donc transformer les relations qui sont dans l’ordre de la chair à des relations de l’ordre de l’esprit" conclut-il.

 

Les dernières émissions