La Délégation Catholique pour la Coopération fête ses 50 ans

jeudi 23 février 2017 à 7h17

Durée émission : 0 min

Un colloque organisé à Rome durant tout le week-end lance les festivités du cinquantième anniversaire de la DCC.

En 2017, la Délégation Catholique pour la Coopération (DCC) célébre son cinquantième anniversaire. En 50 ans, elle a accompagné près de 20 000 volontaires, hommes et femmes, dans plus de 50 pays, afin de soutenir les projets de développement initiés par ses partenaires du Sud. Le coup d’envoie de cette année sera donné à partir de vendredi 24 février à Rome, depuis la Villa Bonaparte, à travers un grand colloque inaugural en partenariat avec l’ambassade de France près le Saint-Siège.

L’homme doit rencontrer l’homme. Les nations doivent se rencontrer comme des frères et sœurs. Cette phrase est tirée de Populorum Progretio, l’encyclique de Paul VI, qui, comme la DCC, fête cette année ses cinquante ans. Le pape de l’époque interpellait alors les chrétiens au devoir de solidarité, au fait de s’expatrier.

La DCC est née en 1967 à la suite d’une demande à l’Eglise de France, pour qu’elle mette en place une sorte de guichet unique en matière de coopération. Aujourd’hui encore, la Délégation Catholique pour la Coopération est la première ONG en termes d’envois de volontaires, avec plus de 220 départs par an, dans plus de cinquante pays.

"Ce sont des personnes de tout profil qui s’adressent à la DCC pour donner un temps de leur temps, de leurs compétences, parfois plus, au service de nos partenaires dans les pays les plus pauvres. Ce sont aussi parfois des organismes d’Eglise ou non-confessionnels qui nous confient leurs volontaires afin que nous puissions les former, les suivre sur le terrain, et assurer l’aide au retour dont ils peuvent avoir besoin" explique Guillaume Nicolas, délégué général de la DCC.

"Nous avons beaucoup de métiers liés à la gestion, à l’administration. Les métiers de l’éducation au sens large sont beaucoup représentés. Et puis nous avons d’autres missions qui sont dans le domaine de la santé, et puis d’autres, plus techniques, sur le développement rural, sur des projets environnementaux" ajoute-t-il.

La DCC insiste beaucoup aujourd’hui sur la réciprocité du volontariat, et du partenariat. A tel point qu’elle envisage aujourd’hui de faire appel à des volontaires de populations locales, dans des pays où elle est présente, pour venir effectuer des missions sur le sol même de la France.
 

Les dernières émissions