"La Porte de la Miséricorde de Dieu n'est jamais fermée"

mardi 15 novembre 2016 à 7h17

Durée émission : 0 min

​L’année de la Miséricorde touche à sa fin. Toute cette semaine dans l’actualité chrétienne retour sur les temps forts de cette année si particulière pour l'Eglise.

Dimanche 20 novembre, le Saint-Père, en la fête du Christ Roi, présidera la messe de clôture du Jubilé de la Miséricorde en la basilique Saint-Pierre. Une cérémonie durant laquelle il fermera la Porte Sainte de la basilique Saint-Pierre. L’occasion de s’intéresser ce matin à ces portes et à ce qu’elles représentent.

Il y a un, le 29 novembre 2015, c’est de manière symbolique que le pape avait ouvert en Centrafrique la Porte Sainte de la cathédrale de Bangui. Quelques jours plus tard, le 8 décembre, François présidait officiellement la messe d’ouverture du Jubilé et poussait la Porte Sainte de la basilique Saint Pierre de Rome.

Le cardinal Marc Ouellet, préfet de la congrégation pour les évêques, était présent. "Ouvrir la Porte de la mMséricorde c’est ouvrir son cœur à une sainteté plus grande. C’est plein d’espérance et une grâce qui nous est offerte gratuitement et qui nous relance" expliquait-il alors au micro de RCF.

Ces Portes Saintes ont par la suite été ouvertes dans de multiples diocèses à travers le monde, dont une quinzaine en France. Le père Xavier Grillon, curé de la paroisse Saint Paul en Roannais, explique au micro de Didier Rodriguez le sens de ces Portes. "Une Porte délimite l’intérieur et l’extérieur. Il permet aussi d’accueillir. C’est un lieu symbolique fort. La Porte de la Miséricorde signifie le désir du pénitent d’aller à la rencontre du Seigneur" ajoute le prêtre.

Mais alors que l'année de la Miséricorde est sur le point de s'achever, dimanche 20 novembre, la Porte de la Miséricorde de Dieu n'est quant à elle jamais fermée.