Le Congrès Mission veut répondre aux défis de la nouvelle évangélisation

vendredi 29 septembre 2017 à 7h17

Durée émission : 0 min

La troisième édition du Congrès Mission s'est ouverte vendredi 29 septembre à Paris.

La troisième édition du Congrès Mission démarre aujourd’hui à Paris. C’est le grand rendez-vous des personnes engagées de près ou de loin dans la nouvelle évangélisation. Avec une question, cette année: "comment proposer la foi ?" Que ce soit en paroisse, dans l’éducation, dans le couple ou dans les engagements associatifs et politiques. Pour Arnaud Bouthéon, l’un des initiateurs de ce Congrès, ce rendez-vous vient répondre aux interrogations d’un monde en quête de sens.
 

"Répondre à l'urgence d'un monde qui souffre"

"C’est l’urgence d’un monde qui souffre d’un ennui métaphysique, et de nombreuses tentations. On perçoit autour de nous un vrai appel à la transcendance, à une soif de Dieu. Et au cours de ce congrès, il y aura de façon très simple des ateliers, des temps d’échange, de partage. Il n’y a pas de technique d’évangélisation. C’est plus des partages de vision, de projet, de sensibilité" explique Arnaud Bouthéon.

Au total, ce sont plus de 200 intervenants qui ont prévu de participer au Congrès Mission cette année. Du père René-Luc à Tugdual Derville, en passant par Fabrice Hadjadj et Grégory Turpin, chaque personnalité viendra apporter sa vision de l’évangélisation ou témoigner d’initiatives missionnaires. Car l’un des objectifs est aussi de confronter les sensibilités des uns et des autres. 
 

"Les divisions de la communauté chrétienne sont anachroniques"

"Je suis convaincu aujourd’hui que les divisons au sein de la communauté chrétienne sont anachroniques, c’est-à-dire totalement décalées par rapport à l’urgence des temps. Les ateliers permettront des moments de deep-dating, des moments de rencontre approfondis entre les personnes" ajoute-t-il.

Et parmi les témoignages les plus attendus cette année, celui d’Elie Semoun. L’humoriste a passé trois jours chez les moines de l’abbaye de Sénanque et il sera présent pour témoigner de cette expérience spirituelle.
 

"Les artistes sont des capteurs intéressants"

"Il n’y a pas de label de chrétienté. Il y a juste des personnes, comme nous tous, qui sont des chercheurs de Dieu. Et Elie Semoun en fait partie. De façon très spontanée, il a accepté de partager cette quête auprès du grand public. Les artistes sont des capteurs intéressants. Ils ont un peu d’avance. Ils perçoivent des choses que nous ne voyons pas" lance encore Arnaud Bouthéon.

Pas moins de 1 500 à 2 000 personnes sont attendus ce week-end pour participer au Congrès Mission. Un congrès qui sera réussi, pour Arnaud Bouthéon, que si les participants repartent avec l’envie de témoigner.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur congresmission.com

Les dernières émissions