Le nouveau Notre Père entrera en vigueur début décembre

Présentée par Pauline de Torsiac

S'abonner à l'émission

L'actualité chrétienne

mercredi 15 novembre à 6h08

Durée émission : 4 min

Le nouveau Notre Père entrera en vigueur début décembre

© Corinne SIMONCIRIC

C'est à l'occasion du premier dimanche de l'Avent que sera utilisé pour la première fois dans les églises la nouvelle version du Notre Père.

Un changement dans la prière chrétienne la plus connue

C’est officiel. Le nouveau Notre Père entrera en vigueur le 3 décembre prochain, à l'occasion du premier dimanche de l’Avent. La version modifiée a été validée par le Vatican en 2013. Mais sa mis en œuvre a pris du retard en raison d'ultimes divergences de vue entre les conférences épiscopales francophones et la Congrégation pour le culte divin à Rome.

En récitant le Notre Père,  vous aviez l’habitude de dire "Ne nous soumets pas à la tentation". Désormais il faudra dire "Ne nous laisse pas entrer en tentation". Mais pour quelles raisons le 6ème verset du Notre Père a-t-il été modifié ? Pour Mgr Guy de Kerimel, évêque de Grenoble et président de la Commission épiscopale pour la liturgie et la pastorale sacramentelle, explique que "ne nous soumets pas à la tentation est une traduction parfois mal comprise, qui laisse parfois penser que c’est Dieu qui nous soumet à la tentation".
 

L'occasion de se réapproprier le Notre Père

Rappelons que la version actuelle du "Notre Père" est utilisée depuis 1966. Il s'agissait déjà à cette époque du fruit d’un compromis œcuménique signé dans la foulée du concile Vatican II. La nouvelle formulation retenue par les traducteurs de la Bible liturgique suit la même logique puisqu’elle a également été validée par L'Église protestante unie de France (EPUdF), qui réunit luthériens et réformés. Tout un symbole pour Mgr de Kérimel.

Au-delà de la dimension œcuménique, il va en attendant falloir changer les habitudes des fidèles, et des paroisses. Cela risque de prendre un peu de temps mais c’est aussi l’occasion, pour Mgr de Kerimel, de se réapproprier le Notre Père. "C’est l’occasion pour les paroisses, les communautés chrétiennes, de repenser ce que nous disons dans le Notre Père. Un petit livre devrait sortir prochainement sur le Notre Père, sur sa place dans la liturgie, assorti de commentaires d’évêques" conclut-il.

 

Les dernières émissions