Les coptes d'Egypte excédés par tant de violence

Présentée par

S'abonner à l'émission

L'actualité chrétienne

mardi 13 décembre 2016 à 7h17

Durée émission : 4 min

Deux jours après l'attentat qui a frappé une église copte, au Caire, focus sur cette communauté aujourd'hui excédée par le sort qu'on leur réserve.

Deux jours après l'attentat qui a frappé une église copte du Caire, le président égyptien Abdel Fattah al Sissi a annoncé l'arrestation de trois hommes et d'une femme. Deux autres suspects sont toujours recherchés. Les proches des victimes se sont réunis lundi dans l'église de la Vierge Marie et Saint-Athanase, où le pape copte Théodore II s'est recueilli sur les cercueils des victimes de l'attentat. 

La communauté copte orthodoxe représente environ 10 % des 92 millions d’Egyptiens.  "Ils sont présents à tous les niveaux de la population depuis les hommes d’affaires jusqu’aux chiffonniers. En Haute-Egypte, on retrouve beaucoup de villages coptes. C’est sociologiquement et culturellement difficile de les isoler de la population" explique Frère Jean Druel, dominicain, chercheur à l'Institut dominicain d'études orientales.

Une minorité qui est aujourd’hui la cible de terroristes. Le président égyptien a promis que ce crime ne serait pas impuni. Une promesse qui laisse pourtant dubitatifs des chrétiens en colère. L’espoir qu’ils avaient placé dans le président Sissi s’est aujourd’hui bien affaibli. "En parole il est très bien veillant, mais pas dans les actes. De plus en plus de chrétiens ici sont ulcérés par la manière dont l’Etat gère les questions communautaires. Les autorités essaient de tout régler à l’amiable" ajoute Frère Jean Druel.

Les coptes n’en peuvent aujourd’hui plus. Ils veulent aussi le respect du droit. Ils veulent qu’il y ait des procès, que soient punis les responsables des violences, et que le président égyptien prenne ses responsabilités face aux attaques répétées contre ces chrétiens. En marge des obsèques, qui avaient lieu au Caire, hier certains rescapés et proches des victimes n'ont pas caché leur colère contre les forces de police, qui malgré leur présence aux abords de la cathédrale n'ont pu déjouer l'attentat.

 

Les dernières émissions