Les Jésuites réunis pour élire leur nouveau supérieur général

Présentée par

S'abonner à l'émission

L'actualité chrétienne

lundi 3 octobre 2016 à 7h17

Durée émission : 4 min

La 36ème Congrégation générale des Jésuites s’est ouverte hier à Rome. Plus de 200 responsables de la compagnie de Jésus vont devoir désigner leur nouveau supérieur général.

Plus de 200 responsables jésuites venus de 62 pays vont se prononcer sur la démission de l’actuel supérieur général de l’ordre, le père Adolfo Nicolas, âgé de 80 ans, avant de choisir son successeur. Cette congrégation est également l’occasion de faire le point sur la situation des 16 000 jésuites engagés dans une centaine de pays.

"Le centre de gravité se déplace assez sensiblement de l’Europe vers l’Asie. Les Etats-Unis restent un pays où la compagnie est très présente, en particulier à travers le réseau des Universités. En Amérique latine, l’engagement social est très important. En Afrique, la pastorale universitaire est également très importante. Voila les grands axes de la compagnie dans le monde" explique François Euvé, rédacteur en chef de la revue Etudes.

Cette congrégation générale est donc l’occasion de se rencontrer et d’échanger pour ces jésuites venus du monde entier. Elle permet aussi de définir les orientations de cet ordre religieux fondé en 1540 par St Ignace de Loyola. Après avoir mis l’accent sur la justice, l’écologie et l’économie, la question des migrants pourrait bien être un des points d’attention de la compagnie.

Quant à l’élection du supérieur général, c’est une élection sans candidat ni campagne, mais qui est le fruit de quatre jours de chuchotement, d’échanges de personne à personne. Les discussions en groupe sont interdites. "Le rôle du supérieur général est important. Il nomme les supérieurs provinciaux qui vont ensuite nommer les supérieurs régionaux. C’est un rôle de gouvernement au quotidien, mais qui peut aussi donner des impulsions" rappelle François Euvé.   
 

Les dernières émissions