"Les leaders catholiques vont se rappeler au bon souvenir de Donald Trump"

vendredi 20 janvier 2017 à 7h17

Durée émission : 0 min

Marie Gayte, enseignante-chercheuse à l’Université de Toulon, spécialiste de l’influence de la religion aux États-Unis.

C'est sans nul doute l'évènement marquant du vendredi 20 janvier. Donald Trump s'apprête à devenir le 45ème président des Etats-Unis. Avant de se rendre à la Maison-Blanche, le président élu et sa femme assisteront tout d'abord à un office religieux. Ils seront ensuite reçus par le couple Obama pour le thé, avant de se rendre tous ensemble au Capitole.

Là, comme le veut la tradition américaine, Donald Trump prêtera serment sur la Bible : le milliardaire a choisi celle d'Abraham Lincoln, mais également une autre, héritée de sa mère. Protestant presbytérien, mais peu pratiquant, Donald Trump est parvenu au cours de sa campagne a rallié l'électorat chrétien, qu'il soit protestant ou catholique.

Les relations du nouveau président américain avec le Vatican ne partent pourtant pas du bon pied. Donald Trump et le pape François se sont livrés à un échange tendu, au sujet du mur que le milliardaire souhaite construire entre les Etats-Unis et le Mexique. Focus sur le lien entre le Vatican et les catholiques américains avec Marie Gayte, enseignante-chercheuse à l’Université de Toulon, spécialiste de l’influence de la religion aux États-Unis. 

"Avec Trump, la règle numéro une est qu’on ne sait pas à quoi s’attendre. Il y a eu une certaine stupeur au Vatican à la suite de l’annonce de l’élection de Donald Trump. Il y avait une certaine convergence avec l’administration Obama sur le climat, l’accord avec l’Iran avait été vu également d’un bon œil par le Vatican, tout comme Cuba. De nombreux sujets fragilisés par l’arrivée de Trump au pouvoir. Mais c’est sur l’immigration que l’inquiétude est la plus forte, pour le pape François, et pour de nombreux évêques aux Etats-Unis"  explique-t-elle.

Il existe malgré tout quelques sujets de convergence entre Donald Trump et le Vatican, sur la question de la défense de la vie, sur l’avortement notamment, et sur la protection de la liberté religieuse dans le monde, pour les chrétiens, notamment pour les chrétiens vivant au Moyen-Orient, ajoute Marie Gayte.

Concrètement, en ce qui concerne les relations entre le président américain au pouvoir, et les leaders religieux catholiques, "on sait que les relations ont été mouvementées entre l’administration Obama et l’épiscopat américain catholique, notamment à cause de l’Obamacare. Cela peut signifier que les leaders catholiques vont interpeller la présidence, si jamais elle prend des mesures qui sont contraire aux opinions des catholiques" conclut-elle.

 

Les dernières émissions