Les nouveaux défis de l'Ordre de Malte

S'abonner à l'émission

L'actu chrétienne

mardi 9 juillet à 7h15

Durée émission : 3 min

Les nouveaux défis de l'Ordre de Malte

© KENZO TRIBOUILLARD AFP

​Depuis quelques semaines, l’Ordre de Malte a un nouveau président : Jean-Baptiste Favatier. Bénévole depuis plus de 35 ans en région parisienne…

"L’Ordre de Malte France intervient en France et en Afrique, tant dans le domaine de la traumatologie que sur le pôle de la mère et de l’enfant. En France, l’Ordre de Malte c’est une vingtaine d’établissements médico-sociaux, de prise en charge d’enfants ou de personnes autistes, ce sont aussi des actions de solidarité sur le terrain, des maraudes médicalisées. Nous sommes une force au service des personnes les plus fragiles, là où elles sont" explique Jean-Baptiste Favatier.

Pour être au service des plus faibles, l’Ordre de Malte a des besoins, qui évoluent. "Le nombre de personnes fragiles progresse, et la société n’a pas toutes les réponses à la prise en charge de ces personnes là où elles sont. La partie n’est pas gagnée aujourd’hui.  La cause de l’homme n’est pas perdu mais pour qu’elle réussisse et que l’homme soit fragile soit pris en charge, les nouveaux défis ne manquent pas" ajoute-t-il.

Pour relever ces nouveaux défis, l’Ordre de Malte mise sur l’excellence. "Il faut que l’on soit très bon dans nos maraudes. Il faut que l’on soit excellent sur l’accompagnement de la fin de vie. Il faut que l’on soit excédent en chirurgie orthopédique. Il faut que nous soyons excellents sur les accouchements etc." conclut le nouveau président de l'Ordre de Malte. 

Les dernières émissions