A Lourdes, la fermeture de certains séminaires en question

mardi 7 novembre 2017 à 6h08

Durée émission : 0 min

L’assemblée plénière d’automne des évêques de France se poursuit à Lourdes, avec l’examen d’un sujet capital aujourd’hui, celui de la formation des prêtres.

Preuve que le sujet ne laisse personne indifférent chez les évêques : ces derniers ont consacré pas moins de quatre séances de travail à l’avenir des séminaires et à la formation des prêtres. Il faut dire que la moitié des séminaristes de France sont actuellement regroupés dans cinq séminaires, sur les 32 que compte la France. Et c’est la communauté St Martin qui rassemble à elle seule un séminariste sur six.

Une formation des prêtres intégrale et intellectuelle

La formation des prêtres doit être intégrale et intellectuelle. C’est ce qui ressort de la ratio fundamentalis, le nouveau programme du Vatican pour les séminaristes. Le pape François souhaite notamment que les séminaristes soient des disciples missionnaires. Mgr Jorge Carlos Patron Wong, secrétaire de la Congrégation pour le clergé, s’est rendu à Lourdes pour présenter ce nouveau document aux évêques français.

 "La qualité des prêtres dépend de la sincérité à répondre oui. C’est pourquoi les vocations des prêtres doit répondre à tous et la formation de ces prêtres doit être comme pour tous les chrétiens, existentielle" a-t-il notamment déclaré lors de cette assemblée plénière d’automne. Pour Mgr Patron Wong, si un prêtre n’est pas formé pour être un bon pasteur, toutes ses connaissances intellectuelles ne lui serviront à rien.
 

Vers une fermeture de certains séminaires

C’est pour cette raison que le Vatican préconise de regrouper les séminaires et de fermer les maisons de vocation qui accueillent moins de 20 séminaristes. "Il y a une grande qualité des formateurs mais il y a une grande dispersion de nos forces. Et donc il importe à une période où nous avons moins de force à se mettre en synergie de façon plus efficace pour donner un dynamisme plus grand" explique Mgr Jérôme Beau, Président de la commission épiscopale pour les ministres ordonnés et les laïcs en mission ecclésiale, n’excluant pas la fermeture de certains séminaires.

Durant les débats, les évêques se sont interrogés sur les chiffres alarmants du nombre de séminaristes en France. Ils sont de moins en moins nombreux dans les séminaires diocésains alors que les maisons de formation de communautés religieuses attirent de plus en plus. Certains évêques ont regretté la fuite des vocations, et d’autres ont mis en garde d’une tentation de réfléchir sur la base d’une "carte scolaire".

A noter que la ratio fundamentalis préconise désormais que l’année de consolidation spirituelle, dite de propédeutique, qui était jusqu’alors facultative, devienne obligatoire avant l’entrée officielle au séminaire.  

Les dernières émissions