Mgr Le Saux: Que retenir du pèlerinage sur les traces des martyrs coréens ?

Présentée par

mercredi 26 octobre 2016 à 7h17

Durée émission : 0 min

En 1866, 103 personnes mouraient en martyrs en Corée dont 10 missionnaires français 150 ans plus tard, les diocèses d'origine des missionnaires se sont rendus en pèlerinage sur leurs traces.

En 1866, 103 personnes mouraient en martyrs en Corée, et parmi elles, 10 missionnaires français. 150 ans plus tard, les diocèses d'origine de ces missionnaires se sont rendus en pèlerinage sur leurs traces : six évêques et soixante prêtres et laïcs français se sont rendus en Corée pendant deux semaines. Le pèlerinage sur les traces des martyrs français, a été initié par Mgr Yves Le Saux, évêque du Mans.

"Tous les hommes sont frères"

A son retour, il tire plusieurs apprentissages de l'Eglise coréenne, à commencer par des éléments de son histoire. "L'Eglise coréenne à été créée à partir de lettrés qui se sont intéressés du christisanisme. Le christianisme venait les libérer d'un modèle social hiérarchique. Pendant 50 ans, l'Eglise a vécu sans prêtre", détaille Mgr Le Saux. Il poursuit : "ainsi, l'Eglise est née de manière inattendue, ce qui montre que Dieu peut toucher les gens de façon inattendue."

L'évêque revient sur le sort des martyrs de Corée. "Ils ont donné leur vie par centaine, leur témoignage est très impressionnant et nous adresse un message à nous, sociétés occidentales" indique Mgr Le Saux. "La société coréenne est constituée par beaucoup de grades, et l'Eglise apporte une vision différente, dans laquelle tous les hommes sont frères", poursuit l'évêque.

Le défi de la jeunesse

Finalement, pour Mgr Le Saux, les mêmes questions se posent partout, avec pour seule variable, la culture. "L'Eglise attire dans le contexte coréen. Elle inscrit un rapport différent. En Corée, les citoyens sont des personnes travailleuses, qui recherchent l'efficacité mais qui sont aussi confrontées à un grand vide", assure Mgr Le Saux. Pour lui, un défi se pose aujourd'hui pour toucher la nouvelle génération et proposer une autre forme de société.  

Mgr Le Saux insiste aussi pour ne pas oublier les dizaines de milliers de laïcs coréens qui, à côté des 10 missionnaires français, sont morts pour leur foi aux 18 et 19ème siècle. Plus de 200 d'entre eux ont d'ailleurs été béatifié il y a deux ans, en août 2014, à Séoul par le pape François. Vingt ans plus tôt, Jean-Paul II avait canonisé 103 martyrs de Corée, dont les 10 évêques et prêtres des missions étrangères de Paris.

Mgr Le Saux était au micro de Colette Mahé, de RCF Le Mans

Les dernières émissions