Mgr Petros Mouché: "en s'approchant de Pâques, l'espoir renaît chez les chrétiens"

Présentée par

S'abonner à l'émission

L'actualité chrétienne

vendredi 14 avril 2017 à 7h17

Durée émission : 4 min

Dans certains villages chrétiens d'Irak, la Résurrection du Christ prendra cette année un sens tout particulier.

Le gouvernement irakien, aidé de la coalition internationale, poursuit la bataille pour reprendre Mossoul, la seconde ville d’Irak, toujours aux mains de l’organisation Etat islamique. Mais certains villages sont libérés, dont la ville de Qaraqosh. Un symbole fort mais qui n'empêche pas tous les déplacés d'êre inquiets à l'idée de rentrer chez eux. Cette année, la résurrection du Christ le jour de Pâques va prendre un sens tout particulier.

Florence Gault, notre envoyée spéciale en Irak a rencontré Mgr Petros Mouché archevêque syriaque catholique de Mossoul et Qarasosh. "Malgré la grande joie des chrétiens lors de la libération de nos villages, le fait de retrouver les maisons brûlées a choqué beaucoup de nos diocésains. Ils  ont commencé à hésiter, à avoir peur de rentrer. En s’approchant de la fête de Pâques, l’espoir renaît chez certains. Nous allons commencer à vivre une vie nouvelle, dans nos villages" explique Mgr Mouché.

"La Résurrection du Christ était pour les apôtres un réveil et un retour, un changement complet dans leur vie et leur situation. Ces gens-là étaient assez craintifs avant la Passion du Christ, ils ont fui. Mais une fois ressuscité, ils se regroupent, prennent du courage, et commencent à proclamer de la résurrection du Christ. Je crois que nos diocésains auront ce courage pour aller donner ce témoignage" ajoute-t-il.

Mgr Petros Mouché rappelle que les chrétiens d’Irak seront vraiment tranquilles lorsqu’ils auront retrouvé, et rebâti pour certains, leur domicile. "On n’est léger que lorsqu’on est chez soi. Lorsque l’on peut dormir dans son lit. Nos villages, c’est notre propriété. Cela n’a pas été facile de les quitter" conclut-il.

 

Les dernières émissions