Pédophilie: Mgr Lebrun n'a pas été surpris par Cash Investigation

Présentée par

S'abonner à l'émission

L'actualité chrétienne

jeudi 30 mars 2017 à 7h17

Durée émission : 4 min

Présent à Lourdes, Mgr Dominique Lebrun, archévêque de Rouen, répond aux questions de Benjamin Rosier sur les affaires de pédophilie dans l'Eglise.

Après le contexte électoral, la lutte contre la pédophilie occupe les discussions des évêques de France, réunis à Lourdes pour leur Assemblée de printemps. Le sujet reste prioritaire, un an après l'instauration de nouvelles mesures de lutte par l'épiscopat, suite aux affaires ayant secoué le diocèse de Lyon.

Et une semaine après la diffusion de l'émission CashInvestigation, en collaboration avec le site d’informations Médiapart, Mgr Dominique Lebrun, archevêque de Rouen revient sur ce contexte. En février dernier, il a été confronté à un cas d’abus sexuels commis par un prêtre qui a reconnu les faits.

Au sujet de l'émission Cash Investigation, Mgr Lebrun explique n'avoir pas "été surpris. Je ne me suis pas senti tant que cela agressé. Nous avons été interrogés sur notre absence du plateau après l’émission. On a vu que pour un certain nombre de passages, notamment pour Mgr Crépy qui a parlé une heure, on n’a retenu que dix minutes qui ont excluent la compassion qu’il avait pour les victimes".

Pour Mgr Lebrun, la politique de la chaise vide pourrait être une attitude prophétique. "Je fais confiance aux responsables de la Conférence des Evêques de France qui ont choisi cette attitude-là, en sachant qu’elle ne sera pas comprise. C’est un acte d’humilité" déclare-t-il au micro de Benjamin Rosier.

Opération vérité, demande de pardon, nouvelles mesures pour lutter contre la pédophilie dans l'Eglise. Ce contexte de transparence génère une certaine lumière autour de ces scandales, de manière douloureuse. "On prend souvent cette phrase de l’Evangile : la vérité vous rendra libre. Il n’empêche que Dieu a voulu apparaître sous la forme d’un homme, qu’il est fait homme. Et que toute la tradition spirituelle dit qu’il s’est caché. La Vérité, c’est quand même Dieu, pas le démon. Là il s’agit de faire apparaître le démon" conclut l'archevêque de Rouen.
 

Les dernières émissions