Père Luc Lalire: "les relations entre Cuba et le Vatican n'ont jamais cessé"

mardi 29 novembre 2016 à 7h17

Durée émission : 0 min

Toute la semaine, Cuba vit au rythme des cérémonies en hommage à Fidel Castro. Des cérémonies qui prendront fin dimanche après les funérailles du leader maximo à Santiago.

Le pape François fait partie des dignitaires politiques et religieux qui ont envoyé leurs condoléances à Raúl Castro pour la mort de son frère. L’ancien dirigeant cubain, révolutionnaire marxiste, a été à la tête du pays pendant près de 50 ans.

Depuis la Révolution et jusqu’à aujourd’hui, les relations entre Cuba et le Vatican ne se sont jamais interrompues. Le Saint Siège a toujours maintenu une nonciature à La Havane. "Il y a eu une période un peu neutre jusqu’à en 1961. C’était le moment de la Révolution où beaucoup de forces sociales étaient favorables à la destitution du dictateur Batista, et en même temps où l’Eglise essayait de maintenir des relations avec les autorités" explique le père Luc Lalire.

"La deuxième étape est plus difficile. En 1961, avec la baie des cochons, les relations se tendent. L’Etat cubain devient athée. Mais les relations ne s’achèvent pas. D’autre part, la troisième étape, et le passage d’un Etat athée à laïc. C’est dans les années 80 que les relations se pacifient" ajoute le père Lalire.

A partir des années 90, ces relations s’améliorent avec la visite successive des trois derniers papes. "Jean-Paul II, Benoît XVI et le pape François se sont rendus sur l’île" confirme ce spécialiste de Cuba. Le Vatican a d’ailleurs été l’un des médiateurs principaux dans le rapprochement entre Cuba et les Etats-Unis, ainsi que dans la libération de plusieurs prisonniers politiques. 
 

Les dernières émissions