Universités catholiques: "le maître mot, c’est l’orientation" pour Mgr Philippe Bordeyne

Présentée par

S'abonner à l'émission

L'actualité chrétienne

mardi 31 octobre 2017 à 6h08

Durée émission : 4 min

Le gouvernement a annoncé hier la réforme de l’entrée à l’université. Les mesures de cette réforme portent principalement sur l'accompagnement des étudiants.

Sélection, prérequis, mise à niveau. Les mesures de la réforme de l'entrée à l'université dévoilées lundi 30 octobre par le gouvernement sont principalement axées sur l’accompagnement des bacheliers dans leur entrée dans les études supérieures. Parmi elles, la fameuse suppression du tirage au sort. L’orientation, l’accompagnement, une une pratique déjà courante dans les facultés catholiques.

Les universités catholiques de Lille, Paris Lyon, Angers et Toulouse accueillent environ 40 000 étudiants chaque année. Des effectifs évidemment modestes comparé au million et demi d’étudiants recensés dans les universités d’Etat. Reste que le nombre d’étudiants dans les facs cathos a doublé en 10 ans. Et l’une des clés de ce succès, c’est bien l’orientation des étudiants. C'est ce qu'explique Mgr Philippe Bordeyne, recteur de l’institut catholique de Paris.
 
Guider, accompagner les étudiants dans leur choix mais aussi proposer des cursus moins spécialisés qui vont permettre aux étudiants d’y voir plus clair. C'est ce que propose notamment la licence humanité proposée par l’institut catholique de Paris. Interrogé par Pauline de Torsiac, Mgr Bordeyne précise également qu'aider les étudiants à comprendre le monde d’aujourd’hui, les accompagner dans leurs orientations ce n’est pas incompatible avec la sélection.

Pour en savoir plus sur les cursus proposés par les cinq universités catholiques, Lille, Paris, Lyon, Angers et Toulouse, rendez vous sur udesca.fr.
 

Les dernières émissions