Affaire Théo : à Aubervilliers, François Hollande tente de calmer les esprits

15 février 2017 Par

Une dizaine de jours après le viol du jeune Théo, François Hollande s'est rendu à Aubervilliers afin d'appeler au respect mutuel entre jeunes et forces de police.

Alors que l’affaire Théo bat son plein, François Hollande s'est rendu mardi 14 février au matin à Aubervilliers. Le président de la République a notamment appelé au calme et au respect, entre forces de police et bandes de jeunes, qui se sont affrontés à plusieurs reprises depuis l'interpellation violente et le viol du jeune homme par quatre policiers. 

Depuis, une enquête de l'IGPN a été diligentée. Mais les premièrs conclusions de la police des polices ne semblent pas satisfaire la famille du jeune et l'opinion publique. L'IGPN estime en effet que le viol qu'a subi Théo ne serait pas intentionnel, et qu'il ne s'agirait tout au plus que d'un accident, survenu au cours de l'interpellation.

Après les échauffourées qui ont eu lieu samedi dernier et qui ont été reconduites dans la nuit de dimanche à mardi, à Aubervilliers, le président de la République a rappelé l’importance du respect envers les forces de police et des biens publics. Le chef de l'Etat s'est exprimé depuis la mission locale de la ville, qui a déjà permis à de nombreux jeunes sans qualification ni diplôme de trouver un emploi ou un stage.

Depuis Sarcelles où il était en déplacement, le ministre de l’Intérieur, Bruno Le Roux, a quant à lui saisi une fois encore l’IGPN à cause d’une nouvelle accusation sur le même policier qui serait à l’origine des blessures de Théo.