Après la démission de Nicolas Hulot, des ONG appellent Macron à un sursaut écologique

Présentée par

S'abonner à l'émission

L'invité de la rédaction

vendredi 31 août 2018 à 8h10

Durée émission : 7 min

L'invité de la rédaction

© WITT POOL AFP

​Avec neuf autres ONG, France Nature Environnement appelle Emmanuel Macron à un changement de cap après la démission de Nicolas Hulot.

"Nous, associations, et engagés de longue date, notre responsabilité est de dire au président et à tout le gouvernement qu’aujourd’hui l’engagement pour la transition écologique n’est pas un supplément d’âme. Ce n’est pas la chose dont on doit s’occuper après s’être occupé de l’économie, du social etc. C’est absolument indissociable des autres politiques publiques. Les enjeux environnementaux doivent être mis en amont des autres politiques publiques. Notre responsabilité, est de dire que c’est maintenant qu’il faut agir" explique Jean-David Abel, le vice-président de France Nature Environnement.

Dans une tribune publiée le 30 août dernier, les ONG dénoncent la politique du "en même temps" d’Emmanuel Macron. "Cette politique est quelque chose qu’il a développé progressivement, et on peut le comprendre dans un souci démocratique, pour faire tenir ensemble des objectifs écologiques, sociaux, économiques. Mais on se rend compte depuis un an que les logiques de court terme, de croissance, de développement économique, d’affaiblissement des normes environnementales, ont pris totalement le pas sur les objectifs environnementaux qui sont réduits à très peu de choses" ajoute le vice-président de France Nature Environnement.

Pour France Nature Environnement, il ne faut pas opposer les sujets, mais réfléchir l’écologie dans plusieurs domaines à la fois. "C’est ce qui se dit dans tous les sommets de la terre depuis 25 ans. Il faut faire entrer les objectifs environnementaux en amont des politiques, plutôt que de les opposer" lance encore Jean-David Abel, vice-président de France Nature Environnement. "On travaille avec différents ministères. Cela ne veut pas dire que dans certains corps, il y a des gens qui sont encore dans une logique économique de court terme. Mais les services de l’Etat, les établissements publics, quand on leur demande des choses en matière d’écologie, ils savent faire. Le problème est un problème politique politicien de court terme" conclut-il.

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque jour, la rédaction nationale RCF vous propose un entretien avec un acteur de la société civile ou une personnalité engagée dans le domaine associatif, politique, entrepreneurial ou religieux.

Le présentateur

Jean-Baptiste Labeur