Attentats du 13 novembre: pour Nicolas Hénin, "la résilience peut avoir un effet dissuasif"

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

lundi 13 novembre 2017 à 8h10

Durée émission : 15 min

Le Grand Invité

© Des fleurs en hommage aux victimes des attentats du 13 novembre. Bataclan-Paris. JOEL SAGET AFP

Deux ans après les attentats de Paris, le journaliste et ancien otage Nicolas Hénin souligne l'importance d'apprendre à "encaisser les coups et se relever".

Ancien reporter de guerre, ancien otage en Syrie, auteur de Djihad Academy (Ed. Fayard), Nicolas Hénin côtoie la question du terrorisme depuis longtemps. Deux ans après les attentats de Paris, il signe Comprendre le terrorisme (Ed. Fayard) dans lequel il souligne l'importance de la résilience pour survivre.
thumb_nicolas_henin_1_1.jpg
Pour Nicolas Hénin, "la résilience peut avoir un effet disuassif pour les terroristes".

La dimension politique des attentats 

Depuis le 13 novembre 2015, Nicolas Hénin remarque une "polarisation extrême" des débats. "Chacun se sent agressé dans sa communauté identitaire. D'ailleurs l'un des objectifs des terroristes est de créer un trou entre le "eux" et le "nous"  explique-t-il. La dimension politique des attentats est donc à mettre en premier plan pour l'essayiste, qui en appelle à la responsabilisation des individus.

"Je suis contre l'idée que la radicalisation ne serait qu’une forme de recrutement sectaire", lance-t-il. "Le terroriste est avant tout un homme libre, qui pose un choix rationnel. On peut ensuite regarder les circonstances atténuantes."
 

La vague du terrorisme religieux peut s'éteindre

En étudiant l'histoire du terrorisme, Nicolas Hénin perçoit des "vagues" qui épousent à chaque fois une idéologie incarnant une figure de rébellion liée à une époque. Depuis 1980, le monde subirait ainsi une vague de terrorisme religieux qui, comme les autres, s'éteindrait avant de laisser place à une autre.
 

"Chaque vague de terrorisme s'éteint"

C'est la raison pour laquelle, selon lui, "il ne faut pas abandonner l'idée de lutter contre le terrorisme mais avoir la modestie de reconnaître que l'on ne peut pas l'éradiquer complètement."
 

Développer la résilience

Plutôt que de rêver à un monde sans attentats, Nicolas Hénin préfère se montrer lucide et "faire avec". En plus de la réponse sécuritaire, il voit la nécessité de développer ce qu'il nomme "la défense passive". Pour lui, "la lutte contre le terrorisme est aussi de savoir encaisser les coups que l’on reçoit et se relever."
 

"La résilience peut avoir un effet dissuasif"

L'auteur de Comprendre le terrorisme- bâtir une société résiliente salue les "signaux positifs qui montrent que les terroristes ne nous ont pas divisés". Ce qui ne l'empêche pas d'exprimer son inquiétude concernant "l'hystérisation des débats religieux": "L’une des raisons du succès de ces vagues est la méconnaissance mutuelle des religions."
 

Invités

  • Nicolas Hénin , Ancien reporter de guerre, président de Action résilience

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque matin, Stéphanie Gallet reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.