Bioéthique: le Vatican organise un congrès sur la thérapie cellulaire

29 avril 2016 Par

Le Vatican organise du 28 au 30 avril un congrès international sur les progrès de la médecine régénérative, basé sur la promotion des cellules souches adultes.

Lutter contre les maladies dégénératives par l’usage de cellules souches adultes. C’est tout l’enjeu du troisième congrès international sur les progrès de la médecine régénérative, et son impact culturel sur l’opinion publique. Ce congrès, organisé par le Vatican, a débuté jeudi 28 avril et s’achèvera le 30 avril prochain.

Cet événement est organisé par le département Science et foi du Conseil pontifical pour la culture, en partenariat avec la fondation Stem for life, dont le but est de promouvoir l’usage de thérapies cellulaires éthiques, en utilisant les cellules souches adultes au lieu de cellules souches embryonnaires, dont l’usage est vivement critiqué par l’Eglise.

Un colloque où vont participer des personnalités issues du domaine scientifique, religieux, médical, éthique, entrepreneurial, diplomatique et politique. L’idée est de promouvoir le fait que la médecine n’est pas qu’une question scientifique, mais également une question culturelle et anthropologique, surtout dès lors qu’il s’agit d’aborder l’aspect éthique.

Utiliser des cellules souches adultes pour lutter contre les maladies dégénératives comme par exemple la maladie d’Alzheimer ou Parkinson, serait pour les organisateurs de ce colloque un bon exemple du pont qui peut se créer entre la science et la foi, bref, un remède éthique. Pour le cardinal Ravasi, président du Conseil pontifical pour la culture, ce congrès est une "promesse pour l’avenir", qui pourrait également aider les malades atteints de cancer ou de diabète. Mais un avenir qui doit se faire, pour le Vatican, sans l’utilisation de cellules souches embryonnaires.

Le témoignage du docteur Raphaël Rousseau, responsable du développement pédiatrique chez Roche Genentech: