Burundi: une démocratie s'effondre

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Temps de le dire

vendredi 15 avril 2016 à 9h03

Durée émission : 55 min

Le Temps de le dire

© AFP/Marco Longari

La jeunesse du Burundi attendait beaucoup des élections. Depuis un an Pierre Nkurunziza a fait entrer le pays dans un cycle de violences répressives. On en parle avec Stéphanie Gallet.

Tout semblait pourtant bien parti. Depuis dix ans la paix et la démocratie semblaient prendre racine au Burundi. Il y avait même "une liberté de parole de critique assez forte" dans ce pays, pour Samuel Pommeret. Mais ce sont des biens précieux et fragile: tout a dérapé il y a un an, en mars 2015, quand le président Pierre Nkurunziza a décidé de se représenter pour un troisième mandat. La constitution issue des accords d'Arusha, du 28 août 2000, limitait cependant à deux le nombre de mandats. Dès avril, l'opposition s'est organisée, des manifestations ont été réprimées violemment. En mai 2015, une tentative de coup d'Etat ouvre la voix à Pierre Nkurunziza pour une répression encore plus forte. Qui ne fera que s'aggraver, vers un cycle de violence répressive de plus en plus ethnicisé. "On sait que les Tutsis sont particulièrement torturés quand ils passent entre les mains des agents de l'Etat", explique Florent Gilles.

"J'ai été absolument saisi par cette réalité d'une société hyper surveillée, une société dans laquelle prendre la parole publiquement vous exposait à disparaître rapidement", témoigne Laurent Larcher. Samuel Pommeret aussi décrit ce "climat de peur quotidienne des services de sécurité, peur de l'arbitraire policier, c'est aussi la peur de l'attentat, de la grenade jetée à l'arrêt de bus." Journalistes, militants des droits de l'homme et membres de la société civile racontent tous la même histoire. Celle d'une démocratie qui s'effondre et du risque génocidaire. "Aujourd'hui le régime est dans une logique qui nous semble une dynamique génocidaire, pour Florent Gilles, c'est-à-dire une logique de faire disparaître une ou toute partie d'une population qu'il considère comme étant opposant, qui les empêche de rester au pouvoir". En un an des centaines de personnes ont été tuées, des centaines d'autres ont disparues, arrestations et intimidations se multiplient, des dizaines de milliers d'habitants ont quitté le pays. Le Burundi vit désormais dans la peur.

Invités

  • Laurent Larcher , journaliste, grand reporter à La Croix, spécialiste de l'Afrique - @LaurentLarcher

  • Florent Gilles , responsable Afrique de la Fédération internationale des Droits de l'Homme (FIDH)

  • Samuel Pommeret , chargé de mission Grands Lacs (RDC Rwanda Burundi) au CCFD-Terre Solidaire

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours du lundi au vendredi, à partir du lundi 4 septembre 2017

La grande émission interactive pour aborder tous les sujets de société, qui font l'actualité. Antoine Bellier reçoit ses invités pour réfléchir, approfondir, apprendre et donner du sens à tous les sujets du moment. Posez vos questions ou témoignez en direct pendant l’émission 04 72 38 20 23 ou par mail à l'adresse letempsdeledire[arobase]rcf.fr.

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.