Calvados: à Ouistreham, les migrants espèrent rejoindre l'Angleterre

Présentée par ,

S'abonner à l'émission

Le choix de la rédaction

vendredi 29 décembre 2017 à 6h32

Durée émission : 3 min

Le choix de la rédaction

© CHARLY TRIBALLEAU AFP

Le pape a une nouvelle fois mis en avant le drame humain qui se joue en ce moment avec les migrants.

Que se soit lors de la veillée de Noël ou au cours de sa bénédiction Urbi et Orbi, le pape a une nouvelle fois mis en exergue le drame vécu quotidiennement par les migrants. Avec des propos qui n'ont pas fait l'unanimité chez les catholiques, le Saint Père a ainsi comparé Marie et Joseph en route vers Bethléem avec tous ceux qui sont aujourd’hui contraints de quitter leur terre vers une autre qui ne les attendait pas, où il n’y avait pas de place pour eux.

Le pape lance un appel en faveur des migrants

Et le pape de lancer cet appel à chaque catholique: "N’ayez pas peur ! Ouvrez, ouvrez toutes grandes les portes au Christ. Que notre cœur ne soit pas fermé comme le furent les maisons de Bethléem". Une référence biblique qui prend tout son sens à l'heure où la France et l'Europe sont confrontées à une véritable crise migratoire.

Un phénomène qui soulève de nombreuses questions, déchaîne parfois les passions, et force chacun à s'interroger sur l'attitude la plus juste à avoir. Ce drame des migrants, il est vécu en France à Menton et dans les Hautes-Alpes, à Paris, à Calais mais aussi, même si on en parle moins, à Ouistreham dans le Calvados.

Depuis le mois de septembre dernier, des centaines de migrants y survivent dans l’espoir d’embarquer sur un ferry pour l’Angleterre. Le Père François Quillet est curé de la paroisse Saint-Pierre-de-la-Côte-de-Nacre. Il explique les raisons d'une telle affluence à Philippe Jautée, de RCF Calvados-Manche.
 

Migrants: pas de solution simpliste pour le curé de Ouistreham

"Il y a toujours eu des migrants à Ouistreham parce qu’il y a le carferry, qui va en Angleterre, à Porsmouth, trois fois par jour. Mais ce qui est nouveau, c’est le nombre de migrants qui a beaucoup augmenté. Ce qui explique ce phénomène, c’est tout d’abord le fait que Calais accueillait beaucoup de ces migrants, et que la jungle a été fermée. Il faut ajouter l’incendie d’un squat assez important à Caen" explique-t-il.

"Quand on habite Ouistreham, on ne peut pas ne pas passer à côté de ces migrants. On ne peut pas ne pas passer à côté de leur détresse. Du coup, un certain nombre de gens se sont mobilisés à titre individuel. Et deux collectifs distribuent des repas plusieurs fois par semaine. Ils essaient de leur offrir des vêtements et des sacs de couchage. Mais cela ne résout en rien la question du logement pour ces migrants qui continuent de vivre dans le froid et sous la pluie" ajoute le père Quillet.

Face à cela, il n’existe pas de réponse simpliste. Une partie de la solution, pour le père Quillet, est en Angleterre. En attendant, "L’Eglise se mobilise également sur ces sujets. Elle est très attendue. Mais on est tous très démunis sur ce qu’il faut faire. Je comprends les pouvoirs publics qui ne souhaitent pas que ces gens s’installent durablement sur place. Et en même temps, ce n’est pas possible de les laisser dans des conditions pareilles" conclut Quillet.
 

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 06h32 et 08h03

Prendre le temps de s'arrêter sur un sujet marquant de l'actualité. Chaque jour, la rédaction nationale de RCF développe une actualité. 

Les présentateurs

Christian Vadon

Journaliste à RCF depuis près de 25 ans, Christian a touché à tout: présentateur de journaux, auteur de reportages, réalisateur d’émissions, il a même commis des magazines pour les enfants et pour les femmes ! Humble coureur de trail, il aime développer sur la durée sa passion d’une information qui fasse sens, d’où sa longévité à RCF.

Florence Gault

Journaliste à RCF depuis 2005, Florence a d’abord travaillé à RCF Méditerranée, à Toulon pendant six ans, avant de rejoindre la rédaction nationale. Globe-trotter dans l’âme, elle aime partir à la rencontre de l’autre. Ce qu’elle préfère à la radio: jouer avec les sons pour vous raconter des tas d’histoires!