Ce que l’on sait de la fusillade dans la mosquée de Québec

31 janvier 2017 Par

Deux hommes ont ouvert le feu dans la nuit de dimanche à lundi, dans le Centre culturel islamique de Québec, faisant six morts et huit blessés. La piste terroriste est privilégiée.

Le Canada endeuillé. La Belle Province a été victime d’une fusillade, faisant six morts et huit blessés. Dans la nuit du dimanche 29 au lundi 30 janvier, deux hommes armés se sont introduits dans le Centre culturel islamique de Québec, ouvrant le feu sur les fidèles rassemblés pour la prière du soir. Une attaque qui n’a pas été revendiquée, bien que les autorités privilégient l’acte terroriste.

Vers 19h30 heure locale, plusieurs dizaines de personnes, dont des femmes et des enfants, se trouvaient à l’intérieur de la mosquée pour prier. Deux hommes armés et cagoulés sont alors entrés dans le bâtiment, ouvrant le feu sur ses occupants. Un témoin, cité par Radio Canada, a déclaré que l’un des assaillants avait l’accent québécois, et aurait hurlé "Allahou Akbar", "Dieu est grand", au moment d’ouvrir le feu.

Dans la foulée, une vaste opération policière a été déclenchée aux alentours des lieux du drame. Deux suspects ont été interpellés. Parmi les deux suspects, un homme de 27 ans, qui aurait appelé la police peu après la fusillade, pour se rendre, regrettant son geste. Selon le quotidien Le Soleil, les forces de l’ordre auraient retrouvé sur le siège de sa voiture, une arme de poing ainsi que deux fusils d’assaut ressemblant à des AK-47.

Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, a très rapidement condamné ce qu’il appelle "un attentat terroriste dirigé contre des musulmans". L’attaque n’a cependant toujours pas été revendiquée. Plusieurs soirées d’hommage aux victimes sont prévues lundi soir, à Québec, Montréal, Ottawa, Trois-Rivières et Saguenay.