Châtiments corporels : La France fait de la résistance

5 mars 2015 Par

© 2015 Pixabay

Bien qu'interdit dans 44 pays, donner une fessée à un enfant reste autorisé en France.

La France devrait être sanctionnée aujourd'hui pour ne pas avoir interdit la fessée aux enfants, au motif qu'elle « ne prévoit pas d'interdiction suffisamment claire, contraignante et précise des châtiments corporels », selon le Conseil de l'Europe. La France a pourtant signé la Charte européenne des droits sociaux, qui précise, dans son article 17, que les Etats doivent « protéger les enfants et les adolescents contre la négligence, la violence ou l'exploitation ». En mai 2014, un amendement interdisant les châtiments corporels déposé par un député écologiste a été retiré de la loi sur la famille. Aujourd'hui, 27 des 47 pays membres du Conseil de l'Europe interdisent tout châtiment corporel à l'encontre des enfants. Ils sont au total 44 à travers le monde, selon le recensement de l'association End corporal punishment of Children.

Pour Olivier Maurel, président de l’Observatoire de la violence éducative ordinaire, la fessée n'est pas un geste éducatif, loin de là.