Chrétiens d’Orient: la RATP se ravise

7 avril 2015 Par

Après une semaine de polémique jusque dans la classe politique, la RATP a décidé de rétablir la mention "au bénéfice des chrétiens d’Orient" sur les affiches du concert des Prêtres.

C’est un tweet du Premier ministre Manuel Valls qui aura contraint la RATP à revoir sa décision. La Régie Autonome des Transports Parisiens a finalement accepté que soit rétablie la mention « au bénéficie des chrétiens d'Orient » sur les affiches annonçant le concert du groupe Les Prêtres, programmé à l’Olympia le 14 juin. Avec d’autres minorités, les chrétiens d’Orient sont persécutés en particulier en Syrie et en Irak par les djihadistes du groupe Etat Islamique.
 

D’abord justifiée par la RATP au nom du principe de laïcité, la décision a ensuite été motivée au nom du "principe de neutralité du service public" dans "le contexte d'un conflit armé à l'étranger". La polémique a alors redoublé sur les réseaux sociaux, beaucoup d’internautes dénonçant le fait de renvoyer dos à dos les victimes et les bourreaux, les chrétiens d'Orient et Daech. Daech contre lequel la France a décidé de s’engager militairement depuis l’année dernière.

Procédure judiciaire. L’Eglise a fait part également de son indignation, tout comme une partie de la classe politique, tous bords confondus. Et c’est l’exécutif qui a décidé de faire retomber la pression : Manuel Valls a appelé ce lundi la RATP à "assumer ses responsabilités". "Stop aux débats stériles! Soutenons les Chrétiens d'Orient, victimes de la terreur obscurantiste", a écrit le premier ministre sur twitter. Le président de la Coordination des chrétiens d'Orient en danger, la CHREDO, a décidé néanmoins de maintenir son action en référé contre la RATP. L’audience se déroule ce mercredi à 10H devant le Tribunal de Grande Instance de Paris. Ecoutez son président Patrick Karam. Il répond à Benjamin Rosier.