Cinq propositions pour les Roms en Essonne

© 2015 - Secours Catholique Essonne - Laurent Lurton

Pour les associations d'aide aux Roms de l'Essonne, la triste histoire du bébé décédé au lendemain de Noël révèle un problème plus large:un refus de dialogue de la part de la Préfecture.

 

L'affaire du refus d'inhumer

Maria Francesca, ce bébé rom de deux mois et demi décédé au lendemain de Noël dans un bidonville installé sur la commune de Champlan, a été inhumé hier midi dans la commune de Wissous dans l’Essonne. Accusé d'avoir refusé l'inhumation de l’enfant par une association, le maire de Champlan, Christian Leclerc, a présenté ses excuses à la famille, mais dément s’être opposé à l'inhumation. Le parquet d'Evry a décidé hier d'ouvrir une enquête préliminaire pour discrimination visant le maire de Champlan. 

Les associations dénoncent le refus de dialogue de la Préfecture

Au-delà de la très vive polémique déclenchée par cet événement, pour les associaitons, c'est le révélateur d'un problème important et qui n'est pas nouveau:  la faiblesse du dialogue entre les pouvoirs publics et les associations qui aident ces populations. « Nous n’avons pas de dialogue avec les autorités » affirme Laurent Lurton, Délégué départemental du Secours Catholique de l’Essonne, membre du collectif RomEssonne, créé en décembre. 
 

LES QUESTIONS POSÉES PAR CETTE AFFAIRE EN ESSONNE ET EN FRANCE

 

Que nous dit cet épisode tragique de la perception des Roms en France? Dans le cas de l'Essonne, comment vivent les 800 Roms environ dénombrés sur le département? Et surtout de quelle manière les maires et les pouvoirs publics prennent en compte ces populations? Les réponses de Laurent Lurton, interrogé par Benjamin Rosier. 


 

 

Le collectif RomEssonne et ses 5 propositions 

Officiellement créé le 16 décembre, le collectif Romessonne est composé des associations suivantes : ASEFRR, CCFD-Terre solidaire, IFRM, Intzermèdes Robinson, Les Colib'Ris, le Secours Catholique et Union-Rom. Il a fomulé cinq propositions pour amorcer un travail constructif : 

  • Soutenir l'habitat provisoire des familles roms et arrêter les évacuations
  • Réfléchir avec le Comité régional de l'habitat et de l'hébergement à une démarche à mettre en place ensemble
  • Mettre en place une commission santé pour sortir de situations sanitaires et d'hygiène déplorables
  • Prospecter pour uen mobilisation efficace des moyens de la société civile et des pouvoirs publics
  • Etablir une concertation constructive entre associaitons et pouvoirs publics