Colonel Jérôme Pellistrandi: "la France a le devoir moral d'engager des opérations extérieures"

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

mercredi 19 octobre 2016 à 7h50

Durée émission : 15 min

Le Grand Invité

© DAMIEN MEYER AFP

La France multiplie les opérations extérieures depuis 2008. De quoi occasionner un débat à l'Assemblée nationale.

Harmattan, depuis le large des côtes libyennes, Serval, au Mali à laquelle a succédé Barkhane étendue à la bande sahélo-saharienne, Sangaris en République centrafricaine et Chammal en Irak et en Syrie. La France multiplie les opérations extérieures depuis 2008. Ce mercredi, un débat sur ces opérations de l’armée française à l’étranger a lieu à l’Assemblée Nationale.

A la question "la France a-t-elle les moyens financiers et donc matériels de ces interventions ?", le colonel Jérôme Pellistrandi, rédacteur en chef de la Revue de défense nationale, préfère répondre qu''il faut souligner d’abord que la France a le devoir moral et la responsabilité d’engager ces opérations. La France est l’un des cinq membres du Conseil de Sécurité de l’ONU, ce qui lui confère certaines engagements".

Il explique par ailleurs que l'Hexagone n'est plus le seul pays à s'engager militairement, sur le plan européen. "Concernant les opérations en Afrique, il faut souligner que les Européens sont présents, comme l’Espagne ou l’Allemagne. Il y a une prise de conscience des Européens que leur sécurité se joue aussi en Afrique" explique-t-il.

Il revient également sur la sollicitation toujours plus importante des forces de défenses, depuis plus d'un an. "Depuis les attentats de janvier 2015, et le lancement de l’opération Sentinelle, il est un fait que les armées sont très sollicitées, d’où la révision de la loi de programmation militaire, qui arrête la baisse des effectifs" ajoute le colonel Pellistrandi.

Concernant le bilan de ces nombreuses opérations extérieures, bilan qui sera également dressé lors du débat à l'Assemblée nationale, le colonel Pellistrandi rappelle que ces OPEX ont démontré "l’excellence des forces françaises. Il y a derrière des enjeux politiques de reconstruction des Etats qui ne sont pas forcément du ressort militaire". Il conclut en affirmant qu'il est difficile de prédire l'avenir de telles opérations puisque "les interventions répondent à des situations de crise. L’engagement des forces est lié à l’actualité internationale."

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque matin, Stéphanie Gallet reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

François Ballarin