Comment la langue française continue d'évoluer

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Temps de le dire

mardi 20 mars 2018 à 9h03

Durée émission : 55 min

Comment la langue française continue d'évoluer

© Pixabay

La langue française est une matière vivante qui s’est enrichie et ne cesse de s’enrichir au contact d’influences diverses, tout en adoptant un certain nombre de règles qui la structurent.

La langue française est notre fierté et notre renommé au-delà des mers et des océans. Dans les contrées les plus retirées, on la célèbre. Elle a laissé perplexes beaucoup de ceux qui se sont confrontés aux subtilités de sa maîtrise !
 

Une langue qui ne perd pas son sens

Il s’agit donc de "cette langue belle avec des mots superbes, qui porte son histoire à travers ses accents", comme la magnifiquement chanté Yves Duteil dans un de ses titres bien connus. Pourtant, cette langue, si elle a une histoire et a façonné un patrimoine culturel et artistique remarquables, n’est pas pour autant figée dans un passé, certes glorieux mais qu’on regarderait avec une sorte de nostalgie muséale.

Non, la langue française est bien vivante ! Elle n’a cessé de s’enrichir d’influences culturelles variées, d’intégrer des mots d’autres origines, d’en refuser d’autres, de se laisser en tous cas bousculer par les modes, l’air du temps sans pour autant perdre sa colonne vertébrale et ses règles qui nous paraissent parfois tellement énigmatiques.

Une langue qui s'inspire de ses voisines

La semaine de la langue française et de la francophonie, pour sa 23ème édition, sans triomphalisme mais avec une tendre reconnaissance, est l’occasion de célébrer l’amour des mots, de ces mots issus de cette langue vivante qui nous fait vivre. Cette langue qui n’est donc pas figée, et qui ne cesse de s’enrichir au fil de son histoire.

A ce sujet, Jean Pruvost donne un exemple, celui des mots tels qu’abricot ou artichaut qui ont fait leur apparition dans la langue arabe avant d’arriver en France. Ou bien encore le terme "avoir le seum", une expression un peu familière, mais le "seum" veut dire le venin en arabe, et donc le cafard. Le français n’est pas une langue qui a le cafard, en témoigne le slam rédigé par Gabrielle Tuloup. Une sorte d’ode moderne à la langue française.
 

La bonne évolution de la langue

On ne parle plus le français aujourd’hui de la même manière qu’au XVè siècle. Le vocabulaire a changé, la construction syntaxique. Et l’on est influencé par les langues étrangères voisines. Auparavant c’était l’italien. Aujourd’hui c’est l’anglais, ou l’arabe. Mais comme le rappelle Jean Pruvost, "les dictionnaires sont là pour faire ce trait d’union entre la langue d’hier et les classiques qu’il ne faut pas oublier et puis la langue qui est en cours".

Gabrielle Tuloup en profite pour témoigner de la vitalité de la langue française, citant notamment l’éclosion de concours d’éloquences, ou encore de projets cinématographiques, et culturels plus largement, autour de la langue française. Face aux néologismes, parfois critiqués, les invités d’Antoine Bellier s’accordent sur un point : la langue français évolue, et cela est bon.

Invités

  • Jean Pruvost, Lexicologue, chroniqueur à RCF

  • Laurent Catach, Ancien responsable des éditions numériques du Petit Robert, conseiller à l’Académie Française.

  • Gabrielle Tuloup, Professeur agrégée de lettres, romancière, slameuse.

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 09h03

La grande émission interactive pour aborder tous les sujets de société, qui font l'actualité. Antoine Bellier reçoit ses invités pour réfléchir, approfondir, apprendre et donner du sens à tous les sujets du moment. Posez vos questions ou témoignez en direct pendant l’émission 04 72 38 20 23 ou par mail à l'adresse letempsdeledire[arobase]rcf.fr.

Le présentateur

Antoine Bellier

Journaliste à RCF depuis 2009, Antoine est passé par Le Mans et La Roche-sur-Yon, avant de rejoindre la rédaction nationale en septembre 2013. Curieux de l’actualité sous toutes ses formes, amateur de cinéma et de littérature, il lui arrive de passer du micro à la plume.