Décès de l'avocat lyonnais Jacques Debray

22 avril 2015 Par

​L'avocat pénaliste Jacques Debray, qui avait défendu les vénissians Mourad Benchellali et Nizar Sassi, ex-détenus du camp américain de Guantanamo, est mort ce mercredi 22 avril

L'avocat, qui a fait toute sa carrière à Lyon, s'est surtout illustré en défendant Mourad Benchellali et Nizar Sassi, deux jeunes originaires de Vénissieux (Métropole de Lyon) et respectivement détenus à Guantanamo de fin 2001 à 2004 et 2005, avant d'être renvoyés en France. Les deux hommes avaient été arrêtés dans la zone frontalière entre le Pakistan et l'Afghanistan à l'automne 2001. L'avocat s'était alors insurgé contre cette détention, déposant en France plusieurs démarches et notamment plainte pour arrestation illégale, détention arbitraire et torture.

Après de nombreuses péripéties judiciaires, Mourad Benchellali et Nizar Sassi ont été condamnés à un an d'emprisonnement ferme pour avoir rejoint entre 2000 et 2001 l'Afghanistan avec des visées jihadistes.

Le fils de l'avocat, Tristan, avait créé il y a quelques années l’association "Jacques Debray une main tendue". L'association se bat pour récolter des fonds pour financer des appareils médicaux et faire avancer la recherche. La maladie de Charcot également appelée SLA (Sclérose Latérale Amyotrophique) entraîne une dégénérescence progressive des muscles.  Âgé de 57 ans, Jacques Debray est décédé de cette maladie, contre laquelle il se battait depuis six ans.

Dans un communiqué publié ce jeudi 23 avril le Bâtonnier du barreau de Lyon tient à rappeler que "Jacques Debray était un grand pénaliste, remarquable défenseur des libertés. Il avait su faire face à la maladie, lui qui était enfermé dans son corps, avec la même énergie qu’il mettait à défendre ses clients pour leur permettre de recouvrer la liberté, à Guantanamo notamment". Pour Me Pierre-Yves JOLY "Jacques Debray était un confrère représentatif des qualités déontologiques de l’avocat qui se bat
d’abord et toujours en faveur de son client".