Des cornes de rhinocéros vendues aux enchères sur Internet

24 août 2017 Par

Malgré l'effort des autorités sud-africaines pour tenter de la bloquer, une vente aux enchères de cornes de rhinocéros a débuté mercredi sur Internet.

Une vente aux enchères très controversée de cornes de rhinocéros sur Internet a débuté mercredi. Elle se poursuit jusqu'à vendredi. Elle est organisée par John Hume, le principal éleveur de rhinocéros de l'Afrique du Sud, où le commerce des cornes est toujours en vigueur, malgré son illégalité sur le plan international. Ce producteur met notamment en vente 264 cornes, pour un poids total avoisinant les 500 kg.
 

Une vente internationale de corne de rhinocéros

Ces cornes proviennent toutes de son élevage de 1 500 pachydermes. Décorner un rhinocéros implique d'anesthésier la bête en plein air, avec le concours d'un vétérinaire. Une opération indolore pour l'animal, dont les cornes repoussent par la suite. Rien à voir avec les opérations de braconnage, beaucoup plus sauvages envers ces animaux. 

Le gouvernement sud-africain avait pourtant tenté d’interdire cette vente, mais l’éleveur a eu le dernier mot en déposant un recours. Une vente à la dimension internationale, comme le prouve le site mis en place pour l'occasion, déclinable en anglais, en chinois mais également en vietnamien.
 

Corne de rhinocéros : une première mondiale

C'est la première fois qu'est organisée une telle vente dans le monde. C'est la maison de ventes aux enchères Van's Auctioneers qui est chargée de l'organiser. Les associations de défense des animaux craignent que cette vente encourage davantage les braconniers à chasser le rhinocéros.

Pour John Hume, en revanche, cette vente pourrait éviter que davantage de rhinocéros soient abattus illégalement. Il affirme également que ces enchères pourront débloquer des fonds destinés à financer la protection de ces animaux. 
 

25 000 rhinocéros en Afrique du Sud

"Le rhinocéros est menacé à très court terme en Afrique du Sud, d’après les autorités locales. Il faut savoir qu’en 2016, en Afrique du Sud, 1054 rhinocéros ont été tués. C’est très important. La population compte 25 000 individus, et par conséquent, cela peut aller très vite si on n’arrive pas à freiner cette pratique" explique Céline Sissler-Bienvenu, directrice de l’International Fund for Animal Welfare France.

Elle ajoute que "ce sont des cibles privilégiées car en 2008, une personnalité vietnamienne a fait savoir qu’elle avait guéri du cancer grâce à la consommation de corne de rhinocéros. A partir de ce moment-là, on a vu la pression du braconnage s’intensifier sur ces animaux. Aujourd’hui, le Vietnam est le premier pays consommateur, mais on se rend compte qu’en Chine on a aussi une grande consommation de corne."

00:00

00:00