Des élections sans suspense en Ethiopie

Ce dimanche, les Éthiopiens se rendent aux urnes pour les élections législatives. En jeu : près de 550 sièges au parlement mais aussi les postes de conseillers régionaux.

Au pouvoir depuis 1991, le Front démocratique révolutionnaire des peuples éthiopiens, plus connu sous le sigle EPRDF, a toutes les chances de remporter, très largement, le scrutin. C’est ce qu’explique Roland Marchal, chercheur au CNRS basé à Sciences-Po Paris.


L'EPRDF fait régner l’ordre de façon très autoritaire dans le pays et sur l’échiquier politique. Et au sein même du parti, une fraction politique intègre le même fonctionnement. Cette fraction, c’est le front populaire de libération du Tigray,

Cette année la Commission électorale nationale dénombre près de 6 000 candidats issus de 58 formations politiques. Mais lors des dernières élections, un seul candidat d’opposition avait réussi à gagner un siège au parlement. Il ne se représentera pas cette année. 
Lors des élections de 2005, des violences avaient éclaté après l’annonce des résultats. 200 personnes avaient perdu la vie. L’opposition avait refusé de siéger à la Chambre des représentants du peuple.