Diocèse de Lyon: une enquête préliminaire ouverte pour «non-dénonciation de crime» et «mise en danger de la vie d'autrui»

5 mars 2016 Par

© 2014 Janet Goode - Le diocèse de Lyon visé par une enquête préliminaire

La justice française a ouvert une enquête préliminaire, en marge de la mise en examen du père Preynat pour des agressions sexuelles sur de jeunes scouts lyonnais entre 1986 et 1991.

L’enquête préliminaire a été ouverte par le Parquet de Lyon la semaine dernière à la suite d’un signalement de victimes du père Preynat, qui mettent en cause plusieurs responsables du diocèse de Lyon, parmi lesquels le cardinal Philippe Barbarin, qu'ils accusent de « non-dénonciation de crime ». Cette enquête porte aussi sur des faits de « mise en danger de la vie d’autrui ».

Si l’enquête du parquet ne vise nommément personne, l’une des victimes, François Devaux, président de l’association de victimes « La Parole libérée », a déposé hier une série de plaintes après avoir été entendu par la police. Elles visent le cardinal Philippe Barbarin, son directeur de cabinet, une bénévole déléguée par le diocèse à l’écoute des victimes, le vicaire de Roanne Xavier Grillon, ainsi que le cardinal Gehrard Ludwig Müller, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi ; le dicastère de la curie romaine qui traite des affaires de pédophilie impliquant des membres du clergé, et que le cardinal Barbarin a consulté.
Des plaintes qui confirment l’intention affichée publiquement en ce sens par plusieurs membres de l’association il y a deux semaines.

Le cardinal Philippe Barbarin a indiqué hier qu’il coopérerait « avec sérénité et confiance » à l’enquête ouverte. Dans un communiqué publié par le diocèse de Lyon, il a souligné qu’il était « conscient de l'extrême gravité des faits reprochés » au père Preynat, mis en examen pour des agressions sexuelles commises sur de jeunes scouts basés à Sainte-Foy-les-Lyon, en banlieue lyonnaise, entre 1986 et 1991.

Monseigneur Barbarin a tenu aussi « à rappeler qu'il n'était pas archevêque de Lyon à l'époque des faits – il s’agissait du cardinal Albert Decourtray – et qu'il n'a jamais couvert aucun fait de pédophilie ». Il a renouvelé « son soutien aux victimes et à leurs familles ». Le communiqué du diocèse évoque enfin des « événements, dont la complexité et l'ancienneté exigent une approche prudente ».

Le père Bernard Preynat, âgé de plus de 70 ans, a quitté ses paroisses dans le Roannais fin août 2015, relevé de ses fonctions par le diocèse de Lyon, après avis du Vatican. Il a été mis en examen le 27 janvier dernier après avoir reconnu les faits. Il a également été placé sous le statut de témoin assisté pour des viols qu'il a avoués en garde à vue.

Sur le même thème :