[DOSSIER] Chrétiens et minorités d'Irak et de Syrie

© RCF

Ce mardi 8 septembre 2015, la France et la Jordanie réunissent à Paris sous l'égide de l'ONU, une soixantaine d’États et des membres d'ONG. L'objectif: mettre au point un plan d'action pour aider les minorités religieuses et ethniques de Syrie et d'Irak à rester au Moyen-Orient ou d'y revenir.

Conférence sur les minorités: un plan humanitaire, judiciaire et politique signé

Ce mardi 8 septembre, la France mobilisait à Paris une soixantaine de pays pour tenter de sauver les victimes de violences ethniques et religieuses au Moyen-Orient.

Une conférence internationale coprésidée par la France et la Jordanie, qui s'est tenue dans un contexte particulier. En pleine crise des migrants en Europe, le président François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel, veulent mettre en place un mécanisme d’accueil permanent et obligatoire.
L’objectif de cette rencontre était de décider d’un plan d’action pour venir en aide aux réfugiés sur le plan humanitaire, politique et judiciaire.
Les précisions de Christian Vadon.

"La France joue au pompier pyromane"

"La France joue au pompier pyromane"

La conférence sur les minorités persécutées se tient ce mardi à Paris. Un plan d’action doit être adopté. Le Dr Nabil Antaki est resté en Syrie pour venir en aide aux victimes.

La France et la Jordanie co-président aujourd’hui une conférence internationale consacrée aux victimes de persécutions ethniques et religieuses au Moyen-Orient, en particulier en Irak et en Syrie. Elle sera ouverte par le président de la République François Hollande et rassemblera une soixantaine de délégations étrangères ainsi que des représentants des Nations unies, de l'Union européenne et d'organisations internationales.

Cette Conférence doit aboutir à l’adoption d’un plan d’action pour améliorer autant que possible le sort des Syriens et des Irakiens de confession chrétienne, mais aussi chiite, les membres de la communauté yézidi et ceux d’autres groupes ethniques spoliés, chassés, retenus captifs ou tués par des groupes armés jihadistes, en particulier le groupe Etat islamique.

Nabil Antaki est un Syrien originaire d’Alep, de confession grec-melkite catholique. Médecin, il a choisi avec son épouse de rester dans sa ville pour aider les familles appauvries et déplacées par le conflit syrien et soigner les civils blessés, au sein de l’association "Les Maristes Bleus". Son témoignage éclaire les conditions de vie très difficiles des habitants d’Alep. Il porte également un regard sans concession sur la position de la France dans le dossier syrien. Il s’entretient avec Benjamin Rosier.

Conférence sur les minorités: la CHREDO voudrait plus d'attention pour les chrétiens d'Orient

Alors que la conférence sur les minorités victimes de violences au Moyen-Orient aura lieu mardi prochain à Paris, la Coordination des chrétiens d’Orient en danger, monte au créneau.

La CHREDO participera en tant qu’observateur à cette réunion. Elle regrette que "la spécificité des chrétiens d’Orient" n’apparaisse pas dans l’intitulé de la conférence et que par conséquent le génocide dont sont victimes les chrétiens d’Orient est nié.

La CHREDO souhaite aussi qu’une aide à la reconstruction soit mise en œuvre à destination des minorités chrétiennes, plutôt qu’une aide d’urgence. Le collectif juge en outre que "la Turquie n’a pas sa place à la conférence de Paris", qui selon lui servira à ce pays "de tribune pour se dédouaner et regagner une crédibilité internationale alors qu’elle continue son double jeu" à l’égard de mouvements djihadistes, dont Daech.

Une manifestation est prévue lundi, veille de la conférence devant l’ambassade de Turquie. Une soixantaine d’États seront représentés lors de cette réunion présidée par la France et la Jordanie, de même que de nombreuses ONG et toutes les grandes agences de l’ONU.

Patrick Karam, Président de la Chredo au micro de Pauline de Torsiac


 

Pour aller plus loin...

Chaque semaine, RCF donne la parole à ses partenaires, l'Aide à l'Eglise en Détresse (AED), L'Œuvre d'Orient et la fondation Raoul Follereau.