Audrey Guerra, 5 ans après la création de Midi et Demi

Présentée par

S'abonner à l'émission

LYVE, témoignages d'entrepreneurs, intégrale

samedi 26 septembre à 11h30

Durée émission : 25 min

Audrey Guerra, 5 ans après la création de Midi et Demi

© 2020 - RCF - Audrey Guerra

La création d'entreprise, quelle énergie cinq ans après les débuts ? Audrey Guerra, à la tête de Midi et Demi en Rhône-Alpes, revient sur son expérience au micro de Marie Leynaud.

Cette émission est archivée. Pour l'écouter, inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous directement si possédez déjà un compte RCF.

Audrey Guerra revient sur l'historique de Midi et Demi, et son concept innovant dans la restauration d'entreprise.
Le projet Midi et Demi a évolué depuis son démarrage en Rhône Alpes, et trois restaurants ont vu le jour depuis 5 ans, qui s'adaptent à chaque fois aux besoins des entreprises.

Audrey Guerra évoque par ailleurs les étapes de la création de sa société et les problèmes rencontrés (adaptation des mets, gestion du personnel notamment).
Sont enfin abordés les projets. Audrey Guerra aimerait notamment s'implanter sur la ville de Lyon, avec deux options possibles en termes de format : soit le restaurant en entreprise, soit le restaurant dans une zone d'activités.

Néanmoins le développement est aussi conditionné à l'évolution future de la pandémie de COVID.

Plus d'informations sur midietdemi.fr

Les dernières émissions

L'émission

Le samedi 11h30

Et si je créais mon entreprise ? La moitié des Rhônalpins y pense, pas étonnant dans la deuxième région de France en matière de création d'entreprise. LYVE, témoignages d'entrepreneurs donne la parole à des créatrices et créateurs d'entreprise avec leur histoire, leurs succès, leurs difficultés, leurs réussites. En partenariat avec LYVE.

Le présentateur

Marie Leynaud

Diplômée de l’école de journalisme ISCPA Lyon en 2013, elle assure depuis un an les remplacements au journal local de RCF Lyon, et travaille également pour la chaîne TLM.  Attachée à la vie provinciale et particulièrement aux « Lyonnaiseries », son métier lui permet d’être toujours plus proche de celles et ceux qui font vivre le patrimoine.