ÉLECTIONS 2017 | Ce que Marine Le Pen a fait du Front national

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Temps de le dire

mercredi 8 février 2017 à 9h03

Durée émission : 55 min

Le Temps de le dire

© JEFF PACHOUD / AFP - Marine Le Pen, le 4 février 2017 à Lyon

Il y a à l'extrême droite une longue tradition anti-républicaine. Or, avec Marine Le Pen, le Front national "se veut être le parti le plus républicain de France", pour Michel Eltchaninoff.

ÉLECTIONS 2017 - Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon, François Fillon, Emmanuel Macron... Aujourd'hui, Stéphanie Gallet consacre son émission à Marine Le Pen et à sa campagne.

 

Ce dimanche 5 février, les "Assises présidentielles" du Front national marquaient officiellement le lancement de la campagne présidentielle de Marine Le Pen. Un événement organisé au Palais des Congrès de Lyon, que l'on pouvait suivre en direct sur internet. Selon les sources, entre 3.000 et 5.000 personnes étaient présentes. On a entendu des "Marine présidente" et aussi des "Ici c’est la France" ou "On est chez nous". Marine Le Pen a-t-elle vraiment changé le FN? Celle qui ne veut plus être enfermée à l’extrême droite se présente comme la candidate du peuple. Plus républicaine que les autres candidats, selon Michel Eltchaninoff auteur de "Dans la tête de Marine Le Pen" (éd. Actes Sud).
 

Marine Le Pen, la républicaine

Si l'on se souvient des ligues de la fin du XIXè siècle ou de l'État français de Vichy, il y a à l'extrême droite une tradition anti-républicaine. Or, avec Marine Le Pen, le Front national "se veut être le parti le plus républicain de France", pour Michel Eltchaninoff. Philosophe et journaliste, il a décrypté les discours de la présidente du FN, où il lit une défense des valeurs républicaines. Selon lui, de l'histoire de France, la fille de Jean-Marie "prend tout" - et la France chrétienne d'Ancien régime, et les valeurs de la République qui ne sont autres, pour elle, que les valeurs chrétiennes laïcisées.
 

qui est Marine Le Pen?

Selon les derniers sondages, la candidate du FN reste en tête des votes, on lui attribue plus de 20% des suffrages au premier tour. Elle a donc le vent en poupe, plus populaire que ne l'a jamais été son père. La présidente du FN n'a pourtant pas tant de charisme que ça et "n'est pas une grande oratrice", observe Michel Eltchaninoff. Si elle cite Victor Hugo dans son discours de dimanche ("Nous n’avons pas encore fini d’être Français"), elle n'est pas non plus une passionnée de littérature. Elle qui a connu une enfance difficile s'est faite un peu toute seule. Enfant de la génération Mitterrand, elle se présente comme une femme moderne, divorcée deux fois et vivant en union libre avec son compagnon. Elle se dit aussi fâchée avec le catholicisme.
 

ceux qui votent FN

Le parti continue de fédérer "les oubliés du système". Malgré une forme renouvelée et modernisée du Front national, le vieux fond xénophobe et anti-immigrés est toujours bien présent. Et on le retrouve en filigrane dans le projet présidentiel de sa candidate et les 144 grandes mesures annoncées dimanche.

Michel Eltchaninoff a assisté au discours de rentrée du FN le samedi 30 août 2016 à Brachay. Il se souvient d'un "côté fête populaire", où on pouvait toutefois "entendre pas mal de remarques xénophobes". Parmi les propos des participants, revenait souvent une peur de l'islam.
Les électeurs du FN "ne sont pas tous de dangereux fascistes", dit-il. "Le public de Marine Le Pen est hétérogène, il y a des gens animés d'une passion xénophobe et des gens séduits par quelque chose de nouveau, l'idée que Marine Le Pen est anti-système et va nous sortir de l'Europe et de la crise."

Invités

  • Michel Eltchaninoff , journaliste, philosophe, rédacteur en chef de Philosophie Magazine

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours du lundi au vendredi à 9h03

La grande émission interactive pour aborder tous les sujets de société, qui font l'actualité. Antoine Bellier reçoit ses invités pour réfléchir, approfondir, apprendre et donner du sens à tous les sujets du moment. Posez vos questions ou témoignez en direct pendant l’émission 04 72 38 20 23 ou par mail à l'adresse letempsdeledire[arobase]rcf.fr.

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.