Electrosensibilité: la justice française reconnaît un premier cas

Pour la première fois en France, la justice reconnait l’existence d’un handicap grave dû à l’hypersensibilité aux ondes électromagnétiques.

Une première judiciaire qui pourrait faire jurisprudence. La décision a été rendue par le Tribunal du contentieux de l’incapacité de Toulouse. Le jugement évalue la déficience fonctionnelle de la plaignante à 85% et estime qu’elle ne peut pas travailler. Il lui accorde le droit à une allocation de 800 euros par mois pour trois ans, éventuellement renouvelable.
Etienne Cendrier, porte parole de l’association Robin des toits, qui milite pour la sécurité sanitaire dans les technologies sans fil, espère des politiques publiques de prévention suite à cette décision.