Emmanuel Macron: "les victoires de Simone Veil ne sont pas acquises pour toujours"

6 juillet 2017 Par

Le chef de l’Etat présidait mercredi 5 juillet la cérémonie d’hommage à Simone Veil, aux Invalides. A l’issue, on apprenait que Simone Veil serait inhumée au Panthéon aux côtés de son mari.

A la mémoire d'une déportée

C’est au son de la marche funèbre de Chopin que le cercueil de Simone Veil, revêtu du drapeau tricolore, est entré dans la cour des Invalides, à Paris. Deux de ses fils ont pris ensuite la parole. L’avocat d’affaires Jean Veil, rappelant notamment l’horreur de la Shoah telle qu’elle lui a été racontée par sa mère, lors d’une visite à Auschwitz.

"Tu nous montras le camp des hommes et celui des femmes. Tu nous indiquas l’emplacement de l’autel, des chambres à gaz et des fours crématoires. Tu nous expliquas le voyage dans les wagons à bestiaux avec les pleurs des enfants, l’arrivée sur la rampe, la terreur provoquée par la violence gratuite des SS. Le tri par Mengele, la tonte des cheveux, le tatouage des numéros, le manque de sommeil, la faim, le froid, la promiscuité, la saleté, l’odeur pestilentielle des corps qui brûlent, les cendres noires rejetées par les fours crématoires, les latrines communes, seul lieu de quiétude" a-t-il notamment déclamé.
 

Les victoires de Simone Veil ne sont pas acquises pour toujours

Dans son éloge funèbre, Emmanuel Macron a ensuite rappelé à quel point le combat de Simone Veil pour l’Europe, pour les femmes et pour la dignité humaine est toujours d’actualité. "Ne nous y trompons pas, les combats de Simone Veil ne sont pas des victoires acquises pour toujours. Ce qui les a fait naître ressurgissent sans cesse, ici ou ailleurs. Aujourd’hui, malheureusement dans trop d’endroits en Europe et au cœur de nos sociétés, intolérance, sectarisme, haine fanatique ou doctrinaire, extrémismes avançant sous le masque d’un populisme débonaire, compromission de toutes sortes avec ceux qui piétinent notre humanité, restent des braises ardentes, prêtes à rallumer les pires embrasements" explique alors le chef de l’Etat.

Ce dernier a conclu en précisant que Simone Veil et son époux reposeront tous deux au Panthéon. Le cercueil a finalement quitté la cour d’honneur des Invalides, accompagné par le chant des marais, celui des déportés.