En Birmanie, la situation des Rohingyas ne s'améliore pas

Présentée par Jean-Baptiste Labeur

S'abonner à l'émission

Le choix de la rédaction

vendredi 13 octobre à 6h32

Durée émission : 3 min

En Birmanie, la situation des Rohingyas ne s'améliore pas

© Un enfant Rohingya dans un camp au Bangladesh. DOMINIQUE FAGET AFP

Depuis fin août, en Birmanie, plus d'un demi-million de Rohingyas ont fui le pays pour se réfugier au Bangladesh.

C'est ni plus ni moins que la moitié de la population Rohingyas, vivant en Birmanie. Sur place, leur situation est plus que critique. La dirigeante birmane Aung San Suu Kyi avait assuré le 19 septembre dernier que son pays était prêt à organiser le retour du demi-million de Rohingyas réfugiés au Bangladesh voisin. Depuis cette date, la situation n'a pourtant guère évolué, comme l'explique Céline Schmitt, porte-parole en France du HCR, le Haut-Commissariat aux Réfugiés, interrogée au micro de Clémence de la Faye.

Les Rohingyas, victimes d'épuration ethnique

La question des Rohingyas est un point noir dans le bilan de la dirigeante birmane, par ailleurs ancien Prix Nobel de la paix. L’ONU a récemment qualifié les actions du gouvernement birman contre les Rohingyas d’épuration ethnique. Ce que réfute en bloc Rangoon. Le chef d’Etat-Major de l’armée birmane conteste également les chiffres de l’ONU au sujet de cet exode. Pendant ce temps, le HCR s’organise pour venir en aide aux déplacés.

Le Haut-Commissariat aux Réfugiés planche sur un camp qui pourrait accueillir les Rohingyas. Il pourrait d'ailleurs s'agir du plus grand camps de réfugiés au monde, preuve de la gravité de la situation. Il faut dire que les réfugiés doivent faire face à un avenir incertain. Depuis plusieurs décennies ils sont victimes de discriminations de la part de la Birmanie. Les persécutions, la propagande haineuse détériorent leurs relations avec les bouddhistes birmans.
 

Le pape attendu en Birmanie en novembre

En début de semaine, Filippo Grandi, haut-commissaire aux réfugiés des Nations-Unies, était en visite à Paris pour rencontrer Emmanuel Macron. La situation générale des réfugiés dans le monde a été abordée mais celle des Rohingyas a fait l'objet d'un point particulier.
 
Le pape François est attendu à la fin du mois de novembre prochain en Birmanie. Mariano Soe Naing, le porte-parole de la Conférence des évêques catholiques de Birmanie a indiqué jeudi dernier à ce sujet que le pape viendra dans le pays en émissaire de paix.

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 06h32 et 08h03

Prendre le temps de s'arrêter sur un sujet marquant de l'actualité. Chaque jour, la rédaction nationale de RCF développe une actualité. 

Le présentateur

Jean-Baptiste Labeur