En Bolivie, le Pape prône la solidarité envers les plus démunis

Pendant la célébration d'une messe place du Christ Rédempteur à Santa Cruz de la Sierra, François a lancé une invitation à l’espérance, à ceux qui vivent des situations de pauvretés.

"Jésus transforme la mise à l’écart en une logique de communion". C'est par ces mots que le Pape a souligné ce besoin de solidarité. François va participer, toujours à Santa Cruz, à la rencontre mondiale des mouvements populaires. Cette étape bolivienne revêt une dimension sociale forte. L’urgence, selon François, est de promouvoir une nouvelle culture de la solidarité. Une exigence qui passe par la responsabilisation des personnes précaires elles-mêmes, appelées à être les protagonistes de leur propre vie.
C’est l’avis de Guy Aurenche, président du CCFD Terre Solidaire.


Cette rencontre mondiale des mouvements populaires sera l'occasion pour le Saint-Père de rappeler l’engagement de l’Eglise en faveur de l’intégration sociale et économique des peuples pauvres et de mettre l’accent sur la responsabilité des multinationales, coupables bien souvent d’extractivisme, un épuisement total des ressources naturelles.

Vendredi, François visitera l’immense prison de Palmasola qui compte près de 3500 détenus. Il se rendra ensuite à la rencontre des évêques boliviens, avant de s’envoler pour l’ultime étape de son voyage : le Paraguay.