Encyclique sur la fraternité: l'urgence de recréer du commun

Présentée par PR-23769

S'abonner à l'émission

L'édito d'Isabelle de Gaulmyn

mardi 6 octobre à 7h55

Durée émission : 3 min

Encyclique sur la fraternité: l'urgence de recréer du commun

© DR

Dans l'encyclique "Fratelli tutti" le pape François plaide pour une fraternité ouverte qui, en honorant les différences, fait primer le dialogue sur toutes les formes de replis.

00:00

00:00

L’objet de l’encyclique du pape, "Fratelli tutti", c’est de savoir comment faire « nous », comment recréer du collectif… Grave question. Pour Emmanuel Macron, c’est en luttant contre les séparatismes que l’on restaurera le vivre ensemble. Pour le pape François, c’est au contraire par la fraternité. « Faire nous », c’est effectivement aujourd’hui un enjeu de survie pour notre pays comme notre planète.

Et jamais nous n’avons semblé en être plus éloigné, où que l’on tourne le regard. Les élections américaines nous renvoient le miroir déformant, ou grimaçant, d’une forme de sauve-qui-peut cynique (l’Amérique d’abord), le multilatéralisme au plan international n’a jamais été autant mis à mal, nos valeurs démocratiques sont contestées jusqu’au sein même de l’Europe, dont on pensait pourtant qu’elles en constituaient le tronc commun, et l’individualisme triomphant, porté par des réseaux sociaux polarisés, fragmente notre société en une multitude de communautés, chacune revendiquant des droits propres, la mondialisation libérale s’étant transformée en une mondialisation de l’indifférence… "Plus que jamais, dit le pape, nous nous trouvons seuls dans ce monde de masse qui fait prévaloir les intérêts individuels et affaiblit la dimension communautaire de l’existence".

Une fraternité qui reconnaît et assume la différence 

De fait, jamais la question de savoir ce qui fait notre commune humanité n’est apparue aussi urgente.  La réponse, ou plutôt le chemin que propose le pape tient en un mot, fraternité. Un mot ambigu, car la fraternité peut être criminelle, clanique, mafieuse. Pour bien préciser ce qu’il veut dire, le pape assoit cette fraternité sur deux piliers : une fraternité ouverte d’abord, qui s’oppose à une vision ethno centrée, ou mon frère est plus important que mon cousin, plus important que mon voisin, lui-même plus important que l’étranger. La fraternité dont nous parle le pape est pour chaque homme, reconnait la différence, voir le conflit, et l’assume et veut le surmonter.

Co-responsables du monde

D’autre part, la fraternité n’est pas une idée romantique, un système tout fait, une idéologie. C’est un point de départ à construire. De ce point de vue, le choix par le pape de la parabole du bon Samaritain, compréhensible par tous, est significative. Il ne s’agit pas de savoir qui est le plus proche, qui est « mon frère », le prêtre, le lévite ou le samaritain. Mais de qui nous devons être proche, de qui nous devons nous faire frère. La différence est importante, car elle nous appelle à devenir co responsable dans le monde. Face aux inégalités économiques, aux migrants, au nationalisme, aux crispations en tout genre, nous devons nous faire « frère ». De ce point de vue, cette encyclique est effectivement une encyclique politique, au même titre que Pacem in terris de Jean XXIII ou Populorum progressio de Paul VI.

Soyons "catholiques"

Comment être universel sans pour autant écraser les individualités, briser les cultures, gommer les aspérités ? Par cette fraternité, qui donne, quoi qu’il en coûte, la préférence au dialogue, à la rencontre, au soin, à la construction collective, sur le plan économique, social comme politique. Universel, donc, qui est la signification même de catholique, dont la racine grecque est katholikós, qui veut précisément dire « général, universel ». Au fond, sans vraiment employer le mot, le pape François ne demande rien d’autre que d’être « catholique ». Une catholicité, et ce n’est pas la moindre des audaces, dont il puise l’inspiration aussi bien chez saint François que Al-Tayyeb, imam d'Al-Azhar, Gandhi ou Martin Luther King …  

 

Les dernières émissions