Entretien avec le père Thierry Magnin au lendemain de sa démission

13 mai 2020 Par

Le père Thierry Magnin, porte-parole des évêques de France démissionne. Moins d’un an après le début de son mandat, il quittera ses fonctions le 1er juillet.

Le père Thierry Magnin quitte ses fonctions de secrétaire général de la CEF à l'âge de 67 ans. Il avait succédé l’été dernier au Père Olivier Ribadeau Dumas qui est désormais recteur du sanctuaire de Lourdes. Le secrétaire général de la Conférence des Evêques de France, puisque c’est son titre exact, est un scientifique. Ingénieur il est également docteur en physique et en théologie. Il été enseignant chercheur à l’École des mines de Saint-Étienne, il a reçu le Grand prix de l'Académie des sciences et il est toujours Membre de l'Académie des technologies.

Ordonné prêtre du diocèse de Saint-Étienne en 1985, il a toujours mené de front son travail scientifique et sa vocation pastorale. Avant de rejoindre la CEF en 2019, il était recteur de l’Université catholique de Lyon. En un an, rue de Breteuil, il a traversé avec les évêques les nombreuses crises des derniers mois : le mouvement des Gilets jaunes, les affaires de pédophilie dans l’Église, la révision des lois de bioéthique et dernièrement l’épidémie de coronavirus. Il témoigne au micro d'Etienne Pépin.

00:00

00:00

Interrogé par la rédaction de RCF, le père Thierry Magnin confie qu’il souhaite se consacrer à "annoncer l’Évangile dans un monde marqué par les sciences et les technologies"… Pour lui, l’essentiel c’est de parvenir à faire comprendre que les positions de l’Église servent le bien commun.

"Le terrain qui me passionne toujours, c'est la recherche sur science, foi et éthique, mais c'est aussi pouvoir annoncer Jésus Christ aujourd'hui dans un monde marqué par les sciences des technologies. Notre manière de parler de la foi chrétienne n'a pas beaucoup de prises dans un monde marqué par les techniques. J'ai encore pas mal de choses à apporter dans ce domaine-là" explique-t-il notamment.

00:00

00:00

"Lorsque l'Eglise devient plus minoritaire dans une société, son langage n'est plus reçu par une majorité de Français. Même les mots n'ont plus de sens auprès de la population. Il faut trouver les moyens d'exprimer ce contenu de la foi dans un langage qui soit recevable aujourd'hui" conclut-il.

00:00

00:00