LE SOL VIVANT

Présentée par , , ,

S'abonner à l'émission

Planète Nièvre

lundi 10 avril 2017 à 19h30

Durée émission : 30 min

LE SOL VIVANT

Geneviève OMESSA, présidente de l'association LES 3 PRES. Danièle BOONE, journaliste spécialiste de la nature et de l'environnement. Christophe BARGE, président de l'association LPO NIEVRE. Pierre KALUZNY, président de l'association de prévention du confluent Loire Allier et ses environs.

 On appelle un sol vivant, un sol déjà composé de beaucoup d'êtres vivants qui interagissent ensembles, créent ce qu'on appelle de l'activité biologique et participent ainsi à l'équilibre et à la vie d'un sol.

La réflexion de tous les "expérimentateurs" que nous avons interviewé part de l'observation du modèle forestier où le sol n'est jamais nu et où tout est recyclé naturellement grâce à de nombreuses petites bêtes, bactéries et autres micro-organismes.

Non travail du sol et couvert permanent sont les deux principes clefs du sol vivant. Mais l'homme laboure et travaille son sol depuis des millénaires. Donc ne pas travailler son sol est un renversement complet d'approche.

Pour commencer le sol vivant, il faut donc commencer par arrêter de passer le motoculteur ou de retourner à la bêche et laisser le travail du sol à des vrais spécialistes qui sont les vers de terre. En une dizaine d'années, les 20 cm supérieurs du sol transitent au moins une fois par ?? le système digestifs des vers de terres.

Cette vie du sol crée la fertilité nécessaire aux plantes, mais c'est la plante qui fait le sol : Les végétaux créent via la photosynthèse de la matière organique. Les feuilles mortes par exemple vont être décomposées par des organismes vivants, des microbes, des champignons, des bactéries, ce qui va créer l'humus, mais aussi permettre de recycler l'azote pour l'apporter aux plantes sous une forme directement assimilable.

Les racines jouent un rôle primordial. Elles aèrent le sol et sécrètent des composés organiques qui seront assimilés par les organismes du sol en particulier les champignons. Grâce à un réseau de filaments presque infinis ces champignons sont des pros du ravitaillement des plantes.

Un sol vivant est également un sol qui a une capacité de rétention d'eau et qui donc, est capable de fournir de l'eau quand on le voit plus en apparence. Il y a encore au sein des agrégats de l'eau que les racines vont pouvoir intercepter.

Le sol vivant se pratique aussi bien sur des petites surfaces que dans les grandes exploitations céréalières. Dans ces dernières, il s'agit de la méthode du semis direct sous couvert annuel ou permanent. Dans la Nièvre, le groupe Magellan organisée en groupement d'intérêt économique et environnemental (GIEE) rassemble des agriculteurs qui travaillent et expérimentent les techniques de semis sous couvert permanent ou annuel dans le but de réduire l'utilisation des engrais et des herbicides. A sa création en 2015, ils étaient 6, ils sont 29 maintenant .

Intervenants :
• Arnaud Bayle de l'ADATER, l'Association d'Éducation à l'Environnement en Val d'Allier, Le Veurdre (03) - adater.org • Yann Labuche de Terre d'Humus - www.terredhumus.fr • Alain Krebs, chef de culture à Suilly-la-Tour (58) et président du Groupement d'Intérêt Économique et Environnemental Magellan.

Pour aller plus loin :
Jardiner sur sol vivant par Gilles Domenech, éditions Larousse Les clés d'un sol vivant par Blaise Leclerc, éditions Terre vivante.

Signez l'appel du sol
Contrairement à l'eau et à l'air, les sols ne font l'objet d'aucune protection juridique. Avec l'Appel du Sol, France Nature Environnement s'est engagée dans une initiative citoyenne européenne pour exiger que les lois protègent cet incroyable milieu. www.lappeldusol.fr

Chronique nature : le martinet

Cet oiseau a un mode de vie uniquement aérien. Roi du piqué fulgurant et des ascensions vertigineuses, maître des loopings et des tonneaux, il s'autorise des pointes à 150 voire 200 kilomètres à l'heure. Il fait tout là-haut. Pour se nourrir, il ouvre grand son bec et happe les insectes. Le soir venu, il monte parfois à presque 2 000 m d’altitude et se laisse flotter dans le vent, les ailes étendues. C’est comme ça qu’il dort. Seule la nidification, l’oblige à se poser mais il choisit une anfractuosité haut placée d’où il pourra s’envoler sans effort.

N'hésitez pas à réagir auprès des animateurs de Planète Nièvre (Christophe Barge, Danièle Boone, Pierre Kaluzny et Geneviève Omessa) :

planetenievre@netcourrier.com

Les dernières émissions

L'émission

Planète Nièvre Près de trois cents ans d'ère thermo-industrielle ont bouleversé les équilibres écologiques de la terre et les liens homme/nature. La préservation et la reconstruction de notre environnement constituent des enjeux majeurs pour l'avenir des sociétés humaines et engagent une mutation profonde de nos modes de vie. Du local au global et du global au local, l'émission "Planète Nièvre" se penche sur ces enjeux avec des regards scientifiques, économiques, sociaux et citoyens. Ses animateurs, membres d'associations de protection de l'environnement, vous invitent chaque mois à examiner les points noirs auxquels notre département est confronté et voir comment y remédier. Planète Nièvre relayera des initiatives locales, qu'elles émanent de particuliers, d'associations ou de collectivités territoriales et souhaite tisser un réseau entre tous ceux qui expérimentent des solutions. N'hésitez pas à réagir auprès des animateurs de Planète Nièvre (Christophe Barge, Danièle Boone et Geneviève Omessa) : planetenievre@netcourrier.com

Les présentateurs

Christophe Barge

Vice-président de la LPO Nièvre (Ligue de protection des oiseaux)

Danièle Boone

Journaliste, membre des JNE (Association des journalistes pour la nature et l'écologie)

Pierre Kaluzny

Geneviève Omessa

Présidente de l'Association des 3 prés