Le succès de l'Affaire du Siècle, une victoire pour la démocratie

Présentée par

S'abonner à l'émission

Tout est lié

lundi 18 janvier à 9h05

Durée émission : 3 min

Le succès de l'Affaire du Siècle, une victoire pour la démocratie

Et si la procédure enclenchée par l'Affaire du siècle pour inaction climatique contre l'Etat était une bonne nouvelle pour la démocratie? C'est la conviction d'Adrien Louandre.

00:00

00:00

Cette procédure de justice,montre qu’il peut y avoir des victoires et que les citoyens ne sont pas uniquement cantonnés à des petits gestes qui, s’ils sont essentiels, questionne le dit citoyen sur leur efficacité. Dans son encyclique Fratelli Tutti le Pape François écrit : « Un individu peut aider une personne dans le besoin, mais lorsqu’il s’associe à d’autres pour créer des processus sociaux de fraternité et de justice pour tous, il entre dans « le champ de la plus grande charité, la charité politique » (FT §176) En voilà donc un bel exemple ! Sur RCF nous cherchons souvent à donner des idées aux auditeurs sur les actions concrètes qu’ils peuvent réaliser en matière d’écologie, ce procès qui sera surement une grande victoire pour les écologistes et les associations montre aussi l’intérêt de s’engager dans des processus démocratiques… et de croire en la démocratie.

Car c’est peut-être cela aussi dont nous pouvons nous réjouir: cette action de justice constituera sûrement une victoire pour la démocratie. Ces dernières années en effet, il a pu être légitime de se questionner sur la séparation des trois pouvoirs : exécutif, législatif et judiciaire. Le Parlement étant régulièrement vue non pas comme une noble instance de débat mais comme une chambre d’enregistrement des désirs de l’Elysée… et souvent aussi des marchés financiers qui s’ingèrent dans la démocratie. Je pense au clip pour les élections européennes d’Urgence écologie dont une partie a été censurer par les grandes entreprises du CAC 40, ou au référendum grec de 2015 où les volontés de la finance internationale ont bafoué celles du peuple grec.
 

  • Que 2.3 millions de citoyens (ce qui est en proportion assez peu) peuvent avoir un impact concret sur la vie politique nationale. Si nous gagnons ici, pourquoi ne gagnerons-nous pas ailleurs ?
  • Que la conscience écologique de biens des citoyens se développe, ce qui est surement la meilleure nouvelle que l’on puisse avoir, car de là naîtra de plus en plus de réponses écologiques et résilientes. N’oublions pas que nous ne sommes, en définitive, qu’au début du chemin pour créer un nouveau récit écologique, un nouvel horizon qui ne soit pas celui de l’Argent Roi.
  • Que la séparation des pouvoirs peut-être restaurée et que lorsque la démocratie fonctionne, l’écologie avance : redisons-le avec force, écologie et démocratie sont intrinsèquement liées, ce n’est pas « une bonne dictature à la chinoise » qui nous sauvera.
  • Que mine de rien, beaucoup de gens s’intéressent encore à la politique et comprennent parfois mieux l’urgence écologique que les politiques eux-mêmes.
  • Que l’on ne gagnera pas sans rapport de force, que l'écologie ce n'est pas mièvre. 
  • Que l’écologie ce n’est pas une charité condescendante mais bien une œuvre de justice, et notamment de justice pour les plus pauvres.
  • Que le droit de l’environnement sera une arme essentielle dans les combats à venir… mais lorsqu’il est fait par la société civile ! Puisque, dernier exemple en date, le projet de loi Climat est en train d’enterrer le délit d’écocide, pourtant essentiel.

On ne peut donc que remercier ces quatre associations, dont vos invités font parties. Cette action montre que la politique peut changer les choses. Comme je le disais nous ne sommes qu’au début de cet horizon écologique qu’il s’agit de tracer. Permettons-nous de rêver ! Pourquoi ne pas imaginer, après un développement du droit de l’environnement, une seconde affaire du siècle pour stopper les investissements des grandes banques et notamment françaises aux énergies fossiles ?

Les dernières émissions

Le présentateur

Adrien Louandre

Militant écologiste, diplômé en histoire, Adrien Louandre a 25 ans. Il vit à Amiens où il est animateur de réseau de solidarité. Il a représenté la France au pré-synode des jeunes en 2018.