Peut-on concilier tourisme et écologie?

Présentée par UA-138183

S'abonner à l'émission

Tout est lié

lundi 21 septembre à 9h05

Durée émission : 3 min

Peut-on concilier tourisme et écologie?

© JK on Unsplash

L'écologie nous invite à repenser nos modes de vie, et notamment notre façon de voyager. Adrien Louandre propose des pistes pour cultiver l'art de la rencontre en respectant l'environnement.

Voyage et écologie, c’est compatible ou irréconciliable ?

Le voyage : ce qui fait rêver l’enfant en chacun de nous ; l’écologie : ce qui fait se responsabiliser l’adulte en (presque) chacun de nous. Sont-ils incompatibles ? Oui, les week-ends à Barcelone pour boire une bière en terrasse et surtout pour bien mettre un statut Facebook ou Instagram pour montrer aux autres que l’on sort de son marasme quotidien… Ça, ça devrait être fini. Mais que voulez-vous ? Ce marasme quotidien… il existe ! Comment juger quelqu’un qui se donne corps et âme à sa famille et à son travail et qui veut partir en croisière (alors qu’il n’y a rien de pire qu’une croisière du point de vue de l’emprunte carbone !) ? Comment juger quelqu’un qui part rejoindre sa famille ?

Le problème n’est pas le fait de voyager en soi, c’est ledit marasme quotidien. De deux choses l’une : non seulement je comprends ceux qui le font, mais j’ai fait deux, trois voyages qui n’étaient pas neutres en carbone. Il ne s’agit pas ici de dire "Oh mon Dieu, c’est mal !", ni de justifier cela, puisque, chacun le sait, il faut limiter ces voyages au maximum, mais il s’agit de comprendre. On ne fait pas le monde avec des "il faut" mais bien en cherchant à analyser les comportements. Cela marche autant pour les voyages que pour nombre de problèmes écologiques.

 

Au fond, ça pose la question "qu’est-ce que voyager ?"

Notons d’abord que nombre de citoyens français n’y ont pas accès, à cause de la fracture numérique, de la misère, des problèmes de mobilité en milieu rural. Notons aussi que nous, Français, sommes privillégiés à ce niveau, alors que nombre de personnes en situations de migration révêraient de pouvoir sauter dans un avion pour sortir de leur misère. On pense notamment à celles qui sont coincées dans des conditions inhumaines dans des camps de la honte, sur lîle de Lesbos en Grèce. Et notamment les 24 000 qui survivaient dans le camp de Moria qui a brûlé il y a 2 semaines.

Et puis voyager, n’est-ce pas justement rencontrer ? Aller vers d’autres peuples et créer du lien ? Si voyager c’est dormir dans un hôtel qui détruit le littoral pour dire "J’ai fait la Chine", "J’ai fait l’Espagne", "J’ai fait un safari"… ce n’est pas du voyage : c’est un outil de narcissisme !

Si c’est pour aller à la rencontre, alors pourquoi pas ? Il s’agit de réinventer une manière écologique de voyager en allant créer la rencontre. Pas en restant trois jours au même endroit dans des circuits touristiques pré-établis. Non, il s’agit de favoriser l’échange culturel, d’être et de faire ensemble en partageant une commune Humanité. L'écologie intégrale ne saurait limiter les échanges humains, le partage et les découvertes culturelles ! Si on dit simplement "voyager c’est mal" mais que l’on ne donne pas autre chose à la place… cela continuera.

 

comment voyager autrement ?

On peut essayer de faire naître un autre désir. C’est ce que disait déjà Spinoza au XVIIe siècle : "Un désir ne peut être surpassé que par un désir supérieur." Si l’on veut une vraie société écologique, il s’agit d’en faire éprouver le désir au plus profond de l’être des gens. Vous obéissiez à toutes les règles vous quand vous étiez petits ? Certains oui, mais la majorité non. Alors ici de même, donnons le désir de l’écologie et du partage en faisant voyager autrement : en accentuant les programmes d’échanges, en pratiquant le woofing, en favorisant la mobilité pour les personnes pour qui une ville de 50.000 habitants est déjà un énorme dépaysement, et surtout en favorisant les mobilités propres : en relançant le ferroviaire, en abandonnant au maximum l’avion et les croisières, mais en permettant autre chose. Je veux que mes enfants puissent à la fois vivre avec un air pur, voir des hirondelles… et rassénérer leurs âmes en s’émerveillant devant la richesse culturelle de l’Humanité. Et cela, nous pouvons le faire ! 

 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

Le présentateur

Adrien Louandre

Militant écologiste, diplômé en histoire, Adrien Louandre a 25 ans. Il vit à Amiens où il est animateur de réseau de solidarité. Il a représenté la France au pré-synode des jeunes en 2018.