Ukraine: un fragile accord conclu à Minsk

12 février 2015 Par

"Un espoir sérieux même si tout n'est pas encore accompli": ce sont les termes employés par François Hollande à propos de l'accord de cessez-le-feu conclu ce jeudi 12 février 2015 à Minsk.

C’est un accord de paix fragile et imparfait… Après 16 heures de discussions et de nombreux rebondissements, les chefs d'Etat et de gouvernement ukrainien, russe, français et allemand ont finalement conclu un accord "sur l'essentiel". C’est Vladimir Poutine qui l’a annoncé dans la matinée à Minsk.

Un cessez-le-feu interviendra à compter de dimanche prochain, 15 décembre 2015. Les armes lourdes seront retirées de la ligne de front et une zone tampon élargie sera créée.

Pour François Hollande les prochaines heures seront déterminantes. Le président confirme "un accord sur le cessez-le-feu et un règlement politique global". C’est selon lui, "un espoir sérieux même si tout n'est pas encore accompli". Berlin se montre également très prudente : « il reste de gros obstacles à surmonter ».

Olivier Védrine, rédacteur en chef de l'édition russe de la Revue Défense Nationale, conférencier de la Commission européenne (Team Europe), se montre quant à lui sceptique. Il estime que les accords de Minsk ne marcheront pas.

00:00

00:00