Finansol propose une finance solidaire "au service de l'économie réelle"

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

mardi 7 novembre 2017 à 8h10

Durée émission : 15 min

Le Grand Invité

© FRANCOIS LO PRESTI AFP Pour Frédéric Tiberghien, il faut du "courage politique" pour mettre en oeuvre la finance solidaire en France

Pour Frédéric Tiberghien, président de l'association Finansol, les Paradise Papers sont nécessaires pour faire bouger le système économique français.

Coïncidence de calendrier: la publication des "Paradise Papers", documents montrant l’ampleur du phénomène d’optimisation fiscale, a débuté lundi, au moment du lancement de la semaine de la finance sociale et solidaire. Un scandale qui met en cause de nombreuses personnalités et  de grandes sociétés. Frédéric Tiberghien, président de l’association de finance solidaire Finansol, exprime, quant à lui, un "sentiment de déjà-vu".

Lutter contre les paradis fiscaux ne suffit pas

​Il dénonce ainsi les "trous noirs dans la dérégulation de la finance internationale par les Républicains au pouvoir depuis 15 ans". Une dérégulation "excessive" qui aurait ainsi permis le développement des paradis fiscaux. Bien qu’il félicite l’engagement de la France dans la "croisade" contre les paradis fiscaux, Frédéric Tiberghien affirme que "cela ne suffit pas (…) car les comportements ne changent pas."

Le président de Finansol fustige ainsi la faible croissance, le chômage élevé, un déficit et une dette public supérieurs à la moyenne d'autres pays, qu’il attribue à "un double-échec".

Le double-échec de la finance française

Ce double-échec concerne aussi bien le secteur privé que public. "Le secteur privé n'investit pas beaucoup dans la recherche et le développement, et il n'exporte pas assez", explique Frédéric Tiberghien.  La faute, selon lui, à une "mauvaise spécialisation".

Concernant le secteur public, il met en cause la "faible" redistribution des prélèvements obligatoires élevés, qu'il accuse de ne pas être "efficace" et de "créer des inégalités". 

Le gouvernement Macron deçoit

La finance sociale et solidaire se propose alors comme une alternative à un système économique dont la performance est remise en doute par Frédéric Tiberghien. "Il est possible d’avoir une finance au service de l’économie réelle." Soutenue par Emmanuel Macron lorsqu'il était candidat l'année dernière, comment est-elle reçue par le gouvernement actuel?

"Pour le moment, le gouvernement nous a un peu déçu", avoue Frédéric Tiberghien qui voit "un divorce entre le candidat Macron et ce que fait sa majorité".  La suppression de l'ISF prévue dans la loi finance a été un coup dur pour les associations dont les dons ne sont désormais plus défiscalisés.

 

Invités

  • Frédéric Tiberghien , Président de Finansol

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque matin, Stéphanie Gallet reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.